Le français à luniversité

La plasticité des espaces

Patrick Chardenet

Texte intégral

1La notion d’espace, qui nous semble très commode pour borner un corpus, un domaine, un champ, une langue en assumant la porosité de leurs limites, n’est peut-être qu’une facilité de l’évitement.

2Représentation d’une catégorie de classement, elle repose sur l’existence de territoires avec ce que cela entraîne comme affirmation de propriétés et de frontières. L’approche des littératures aux Suds ouvre une brèche dans l’appréciation figée des espaces littéraires de langue française, comme l’illustrent les travaux du colloque de Kénitra. Les dictionnaires d’associations lexicales de la francophonie portent quant à eux la question au niveau des normes associatives : à un terme stimulus, quelles réactions verbales obtient-on en français ? Invitant tous les francophones à répondre en ligne, leur localisation en fonction de l’habitat (Français résidant au Brésil, dans quelle catégorie répondre ?) et leur statut sociolinguistique (natif ou non) deviennent des critères peu significatifs.

3Comme d’autres langues internationalisées, le français irrigue les flux et les pôles francophones dans un double mouvement d’intégration et de variation, culturelle et linguistique, comme en témoignent ici à chaque numéro les notes de lecture, bousculant au passage l’idée trop simple que l’on peut se faire de ces espèces d’espaces.

Haut de page

Pour citer

Patrick Chardenet, La plasticité des espaces
Le français à l'université , 16-04 | 2011
Mise en ligne le: 07 décembre 2011, consulté le: 16 juin 2019

Haut de page

Auteur

Patrick Chardenet

Du même auteur

Haut de page