Le français à luniversité

L’identité : une question de langue ? et Être huron, inuit, francophone, vietnamien... Propos sur la langue et sur l’identité

Patrick Chardenet

Référence de l'oeuvre:

Renaud, Jean, (2008), L’identité : une question de langue ? Actes du colloque de Caen (2006), Presses universitaires de Caen, Caen, 2008, 186 pages. / Dorais, Louis-Jacques, (2010), Être huron, inuit, francophone, vietnamien... Propos sur la langue et sur l’identité, Collection « Carrefours anthropologiques », Éditions Liber, Montréal, 299 pages.

Texte intégral

Image1Image2

1Voilà deux ouvrages dans une même note, à lire et à consulter l’un après l’autre. La question des rapports entre l’identité et la langue est généralement considérée soit comme allant de soi, sans que l’on cherche de façon construite et raisonnée ce qui, dans les formes de la langue ou dans l’expression de la parole, pourrait être relevé comme marques de tel ou tel composant de telle ou telle identité, soit d’un point de vue critique comme une forme idéologique qui attribue une essence particulière à chaque langue, avec les risques politiques que cela comporte. D’un côté, une langue surchargée, de l’autre, une langue sans qualité.

2Le mérite de l’ouvrage édité par Jean Renaud, et qui rapporte les actes du colloque tenu à l’Université de Caen en 2006, est de montrer l’amplitude des approches possibles de la question de la langue comme support identitaire (linguistiques, littéraires, culturelles, politiques), dans un rapport qui oppose souvent la double articulation dominé/dominant, norme/variation. Le support ne serait donc pas l’identité elle-même, ce qui interroge la notion d’identité linguistique. Centré sur l’Europe du Nord, cet ouvrage dont le fil sémiotique est constitué d’études sur des corpus très différents (conversations, textes divers, production littéraire, revendications politiques, événements, réseaux de distribution...) apporte un éclairage éclaté, comme se construit également celui de Louis-Jacques Dorais, qui nous impose une lecture avec des retours. Peut-on être par la langue ? C’est à cette question que cherche à répondre l’auteur, dans une démarche anthropologique qui met en évidence le fait que la langue tend à jouer ce rôle dans des circonstances qui la placent en position de catalyseur, en particulier dans les communautés minoritaires observées au Canada et en Europe du Nord. Prenant davantage en compte les processus que les états, l’ouvrage montre comment la résilience qui contribue à y ériger la langue comme rempart, au risque de la réifier, peut aussi voisiner avec des formes d’intégration créative qui constituent un ensemble où chacun s’adapte, le groupe restant lui-même dans l’image qu’il produit de l’intérieur ou dans celle que l’observateur externe construit.

Haut de page

Pour citer

Patrick Chardenet, L’identité : une question de langue ? et Être huron, inuit, francophone, vietnamien... Propos sur la langue et sur l’identité
Le français à l'université , 16-03 | 2011
Mise en ligne le: 07 octobre 2011, consulté le: 25 mars 2019

Haut de page

Auteur

Patrick Chardenet

Du même auteur

Haut de page