Le français à luniversité

Créativité et enseignement du français

Stéphane Grivelet

Texte intégral

1Ce nouveau numéro du Français à l’université est publié quelques semaines avant le Forum mondial de la langue française, qui aura lieu à Liège (Belgique) du 20 au 23 juillet 2015. Comme le premier Forum mondial, qui a rassemblé plus de 1 200 personnes à Québec en 2012, cet événement s’adresse en priorité aux jeunes francophones. Le thème du Forum, la créativité, est lui-même décliné en cinq axes : l’éducation, la langue française, la participation citoyenne, l’économie, et la culture et les industries culturelles.

2L’Agence universitaire de la Francophonie est partenaire de cet événement et sera présente à Liège à la fois dans l’espace réservé aux opérateurs de la Francophonie et par des ateliers organisés à la Cité-Miroir, un des lieux accueillant les activités du Forum. Nous espérons pouvoir vous y rencontrer.

3Pour célébrer ce grand rassemblement de la Francophonie, il a été décidé de consacrer le « Sous la loupe » de ce numéro au thème du Forum. Un appel à contributions a été lancé il y a quelques mois pour des articles concernant la créativité, notamment dans une perspective linguistique (créativité et langue française) ou pédagogique (créativité et éducation).

4Yomna Safwat Salem, de l’Université d’Ain Chams, au Caire, partage ses analyses sur la créativité et les stéréotypes linguistiques défigés dans l’espace public : comment, dans l’espace public parisien, d’après un corpus accessible sur Internet, des expressions figées sont « défigées ». Les auteurs de graffitis détournent des locutions figées. Elle étudie les procédés de défigement, tels que la substitution, le déplacement, la contradiction ou l’expansion, ainsi que les fonctions linguistiques du défigement que l’auteur décrit comme étant « un acte créatif du locuteur qui veut transmettre un certain message de mécontentement, de révolte ou de joie en toute liberté ». Comme le dit un graffeur anonyme : « je pense donc je fuis ».

5Gregory Nutefe Kwadzo, dans son article « la Francophonie comme canevas pour favoriser la découverte, la créativité et l’interaction en classe de français », s’intéresse à l’utilisation didactique de procédés créatifs. Partant d’expériences réalisées dans une école secondaire, à Montréal, il montre comment « l’usage de la Francophonie comme un espace physique et un lieu culturel peut favoriser la découverte et le développement de la compétence orale dans une classe de langue ». En créant un « tour du monde en 80 jours » dans la classe de langue, à partir de tâches à accomplir, l’enseignant pousse les apprenants à communiquer et à utiliser le français dans des activités de découverte et de simulation dans différents pays de la Francophonie.

6Enfin, Dominique J.M. Soulas de Russel, de l’Université de Tübingen, étudie « la stimulation de l’apprentissage du français par l’image artistique », en se fondant sur l’expérience d’un séminaire donné dans son université, à destination des futurs enseignants de français dans les lycées et écoles professionnelles. Comme décrit dans l’article, « l’apprenti formateur va participer activement et de manière alternative, lors de l’exploitation linguistique d’images, à deux jeux de rôles ». Les résultats semblent probants, puisque les nouveaux enseignants vont utiliser bien plus l’image comme support didactique dans leur enseignement du français langue étrangère, ce qui montre que « les plus diverses pratiques ludiques sur base imagologique sont porteuses et augmentent de manière très sensible la faculté d’apprentissage des apprenants ».

7La rubrique « Point de vue » de ce numéro est consacrée aux nouveaux collèges doctoraux mis en place par l’Agence universitaire de la Francophonie, et notamment au collège doctoral « langue et littérature » du Maghreb, dont le deuxième rassemblement régional a eu lieu en mars 2015 à Marrakech. Au-delà de l’événement lui-même, c’est la structuration d’un collège doctoral, un accélérateur de thèse, qui est décrite.

8Ce numéro est complété par la présentation d’un nouveau réseau : le REFTIC, réseau francophone des traducteurs et interprètes de conférences. Créé par l’Organisation internationale de la Francophonie, il a pour objectif d’être un forum de collaboration internationale, composé de traducteurs et d’interprètes de conférence, ainsi que d’experts dans le domaine de la traduction et de l’interprétation de conférence, ayant le français dans leurs combinaisons linguistiques et exerçant au sein ou autour des organisations africaines et internationales.

9Enfin, des notes de lecture permettent d’avoir des avis sur des publications récentes pouvant concerner les enseignants et chercheurs en études françaises et francophones.

Haut de page

Pour citer

Stéphane Grivelet, Créativité et enseignement du français
Le français à l'université , 20-02 | 2015
Mise en ligne le: 29 mai 2015, consulté le: 25 mai 2019

Haut de page

Auteur

Stéphane Grivelet

Du même auteur

Haut de page