Le français à luniversité

Le français, langue de recherche et objet de recherche dans les Amériques

Stéphane Grivelet

Texte intégral

1En 2014, lors des SEDIFRALE, le grand congrès des enseignants de français d’Amérique latine et de la Caraïbe de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF) qui s’est tenu à Heredia, au Costa Rica, une des tables rondes a porté sur la recherche en français et les recherches sur le français dans les Amériques. Ces questions nous semblant tout à fait pertinentes pour constituer un « Sous la loupe » du Français à l’université, plusieurs des interventions faites lors de cette table ronde ont été rassemblées par Olivier Dezutter et constituent donc le dossier principal de notre premier numéro de l’année 2015.

2Haydée Silva, dans son article sur la recherche sur les langues étrangères à l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), fait un bilan de l’activité de recherche de cette université et montre que « la recherche sur le FLE occupe à l’UNAM une place importante (20 %), très proche de celle de l’anglais (22 %) et de l’espagnol langue étrangère (21 %) », ce qui montre le dynamisme des chercheurs travaillant sur le français au sein de cette grande université.

3Eliane Lousada présente dans son article la situation de la recherche sur le français à l’Université de São Paulo (USP), dont l’école doctorale joue un rôle essentiel dans les recherches sur le français et la formation des nouveaux enseignants et chercheurs, notamment en linguistique et en littérature. Elle met notamment en avant les difficultés linguistiques auxquelles les doctorants doivent faire face pour communiquer efficacement en français, ce qui a conduit l’USP à créer « un Laboratoire de Littératie Académique, dont la fonction est d’aider les étudiants à rédiger ou à préparer leurs textes scientifiques en français ».

4L’article de María Gabriela Vargas Murillo, de l’Université Nationale du Costa Rica, dépasse le cadre d’une université, pour s’intéresser aux recherches en français et sur le français dans les six pays d’Amérique centrale. Elle montre les difficultés pour le français d’être langue de recherche et objet d’études scientifiques dans cette région du monde : « En Amérique centrale, région majoritairement hispanophone, le français dispute le droit d’être enseigné avec d’autres disciplines et langues. La présence des langues indigènes en concurrence avec l’espagnol complique encore plus le panorama linguistique de l’enseignement et ses priorités. »

5Enfin, Olivier Dezutter fait un panorama de la politique linguistique dans la production scientifique au Québec, que ce soit au niveau provincial ou dans sa propre université, l’Université de Sherbrooke, qui s’est dotée d’une charte visant à « ancrer le français dans le champ de la production et du transfert des connaissances de manière à prévenir l’appauvrissement de l’expression en français de la pensée scientifique et à contribuer au développement de la diversité culturelle dans le monde ». Il montre comment une politique linguistique peut être élaborée dans ce domaine, mais aussi les limites d’une telle politique.

6Ce numéro est complété par des notes de lectures sur des publications récentes et par une présentation d’un nouveau dispositif de formation en ligne pour enseignants de français : la plateforme IFos, développée par la Chambre de commerce et d’industrie de Paris-Ile de France (CCIP) à la demande de l’Institut français, offre une formation à l’enseignement du français sur objectifs spécifiques grâce à plusieurs modules en ligne. L’Institut français est aussi le partenaire de l’AUF pour le projet « Dialogue d’expertise », qui entame sa deuxième année d’existence. Un bilan de la première année est présenté dans ce numéro.

Haut de page

Pour citer

Stéphane Grivelet, Le français, langue de recherche et objet de recherche dans les Amériques
Le français à l'université , 20-01 | 2015
Mise en ligne le: 04 juin 2015, consulté le: 13 décembre 2017

Haut de page

Auteur

Stéphane Grivelet

Du même auteur

Haut de page