Le français à luniversité

Évaluer les compétences langagières et interculturelles dans l’enseignement supérieur

Patrick Chardenet

Référence de l'oeuvre:

Dervin, Fred et Eija Suomela-Salmi (dir.), (2007), Évaluer les compétences langagières et interculturelles dans l’enseignement supérieur, Publication no 10 du Département d’études françaises, Université de Turku, Turku (Finlande), 130 pages.

Texte intégral

Image1

1Ce petit ouvrage aborde la question de l’évaluation des compétences langagières et interculturelles dans l’enseignement-apprentissage des langues à l’université. Il s’intéresse à des problématiques aussi complexes et essentielles que la multidimensionnalité de l’écrit, l’évaluation des compétences interculturelles et les perceptions des apprentis experts que sont les étudiants de langue.

2On ne peut que partager la motivation qui fonde le travail de Fred Dervin, d’Eija Suomela-Salmi et de Milla Luodonpää. À une époque où l’enseignement supérieur est touché par diverses réformes et où l’enseignant est plus que jamais influencé par de multiples pratiques didactiques, il semble plus que nécessaire d’accorder une place centrale à l’évaluation dans les réflexions didactiques accompagnant l’enseignement-apprentissage des langues étrangères. De fait, l’évaluation n’est certes pas délaissée, mais il apparaît qu’elle n’a guère profité de cette nouvelle ère pour se remodeler en profondeur.

3L’ouvrage propose d’abord ce qui est présenté comme un cadre théorique passant en revue les définitions des termes associés à l’évaluation, les paramètres d’une évaluation réussie et, enfin, les différents types d’évaluation. Très synthétique et utile, ce panorama, qui est adapté au contexte européen, n’aborde cependant pas l’une des faiblesses du domaine : l’absence d’une théorie fondamentale de l’évaluation. Cette lacune laisse davantage le champ aux propositions techniques qu’à l’entendement de l’activité évaluative en tant que comportement humain et qu’à la compréhension de son application sociale en tant qu’acte d’évaluation. Le deuxième chapitre laisse la parole à des « évaluataires », étudiants en études françaises à l’Université de Turku (Finlande), qui s’expriment sur les pratiques d’évaluation auxquelles ils se sont soumis (autoévaluation, coévaluation par des pairs). Dans le troisième et dernier chapitre du livre, les auteurs abordent la problématique des compétences interculturelles. Dans un ouvrage précédemment recensé, Paolo Balboni (2006) propose une modélisation de la compétence communicative interculturelle ; ici, on trouve plutôt quelques principes et pistes de travail favorisant l’intégration et l’évaluation de ces compétences non transparentes dans l’enseignement supérieur, sur fond de prise de conscience interlinguistique et interculturelle.

Haut de page

Pour citer

Patrick Chardenet, Évaluer les compétences langagières et interculturelles dans l’enseignement supérieur
Le français à l'université , 13-02 | 2008
Mise en ligne le: 15 mars 2012, consulté le: 19 janvier 2019

Haut de page

Auteur

Patrick Chardenet

Du même auteur

Haut de page