Le français à luniversité

La recherche autour du français à l’Université de São Paulo (USP)

Eliane Lousada

Texte intégral

1L’étendue du pays et le nombre d’habitants au Brésil, en parallèle avec une francophonie et une francophilie toujours présentes, justifient l’existence d’un bon nombre de cours de Lettres-français dans différentes universités d’État et fédérales brésiliennes. La recherche autour du français, en revanche, n’a lieu que dans une seule école doctorale1 : celle des Études Linguistiques, Littéraires et de Traduction en français de la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de São Paulo (USP), dont le site peut être consulté à l’adresse suivante : http://dlm.fflch.usp.br/frances/pos.

2Dans cet article, nous avons pour but de présenter les actions de l’école doctorale pour promouvoir la recherche autour du français, en mettant en valeur les initiatives qui concernent la formation de jeunes chercheurs. Nous montrerons ainsi comment ces actions contribuent à insérer les étudiants dans le panorama de la recherche au Brésil, qui est par ailleurs réglementée par deux organismes à échelle nationale : la CAPES (Coordination de Perfectionnement de Personnel de Niveau Supérieur) et le CNPq (Conseil National de Recherche).

3L’école doctorale en Études Linguistiques, Littéraires et de Traduction en français de l’USP s’organise autour de trois volets, comme son nom l’indique : Études Linguistiques et Didactiques, Études Littéraires et Études de la Traduction. Ces volets se partagent, à leur tour, en projets, à savoir :

  • Études Linguistiques et Didactiques : Didactiques du Français Langue Étrangère (FLE) en perspective; Études des langues, cultures et textes; Enseignement du français à la communauté; Études du français sur objectif spécifique.

  • Études Littéraires : Écriture littéraire; Relations France-Brésil; Problèmes critiques de littérature française.

  • Études de la Traduction : La traduction entre langues et pratiques; Littératures en traduction.

4Au sein de ces projets, 75 étudiants développent des recherches de master ou de doctorat autour de la langue française. Ces recherches peuvent se dérouler véritablement en français (elles sont à l’origine de bon nombre de travaux rédigés en français ou de la production du mémoire ou de la thèse en français) ou porter sur le français, que ce soit la langue, la littérature ou la traduction, quoique rédigées en portugais. Parmi ces 75 recherches, environ la moitié est financée par des bourses des organismes brésiliens pour la recherche, ce qui permet aux étudiants de mieux se concentrer sur leurs études. Des bourses de mobilité, pour présenter des communications dans des congrès ou pour passer une période à l’étranger dans le cadre de leur recherche, sont également offertes à un nombre non négligeable d’étudiants. Ces bourses permettent à l’Université d’accroître son taux d’internationalisation des recherches, parce que les étudiants entrent en contact avec d’autres étudiants issus d’autres écoles doctorales et envisagent d’y faire leurs études, et aussi parce que l’école doctorale finit par recevoir plus d’étudiants étrangers.

5On constate actuellement une quantité très similaire de recherches en études linguistiques et didactiques (36) et en études littéraires (32). Par contre, en traduction, le nombre de recherches est bien plus faible, tournant autour de 7. En vue d’aider les étudiants à poursuivre leurs recherches, certains professeurs proposent des groupes d’études ou de recherche autour de leur spécialité, auxquels participent leurs étudiants et parfois des collègues d’autres universités. On trouve actuellement 5 groupes de recherche2 dans l’école doctorale d’Études Linguistiques, Littéraires et de Traduction en français :

  • Groupe d’Études Littérature, Folie, Écriture (GELLE)

  • Laboratoire du Manuscrit Littéraire

  • Création et Critique

  • Groupe FLEPE : Français Langue Étrangère et Recherche

  • Analyse du Langage, Travail et leurs Relations — Apprentissage, Genres textuels et Enseignement — ALTER-AGE

6Certains de ces groupes sont répertoriés dans une base de données nationale de l’un des organismes de recherche brésiliens (CNPq), ce qui leur confère un statut officiel. La base de données, où l’on trouve le nom des professeurs et étudiants appartenant aux groupes, peut être consultée à l’adresse suivante : http://lattes.cnpq.br/web/dgp. À l’intérieur des groupes, des réunions de discussion sur les concepts théoriques et méthodologiques qui soutiennent la recherche sont organisées, de même que des séances de présentation des recherches des étudiants.

7La durée des études est actuellement de 2 ans pour le master et de 4 ans pour le doctorat, pendant lesquels les étudiants doivent suivre 3 cours pour le master, et 4 cours pour le doctorat. Parmi les cours offerts, outre les cours enseignés par des professeurs-chercheurs de l’USP, certains sont donnés par des professeurs-chercheurs étrangers, venus de pays francophones et qui sont invités par un professeur de l’école doctorale, avec les fonds de l’Université. De cette façon, nous comptons un ou deux professeurs-chercheurs francophones qui assurent un cours chaque année et qui contribuent à la formation des étudiants.

8En parallèle avec les cours, les étudiants doivent passer un examen, au milieu du parcours, qui a pour but d’analyser leur performance en tant qu’étudiants de 3e cycle, ainsi que l’état de leur recherche. Sont présents à cet examen le directeur de recherche et deux membres du jury. Ils analysent aussi bien le rapport des activités de recherche des étudiants qu’un projet de recherche « augmenté », ou, autrement dit, une version préalable de leur mémoire ou de leur thèse. Les étudiants sont également fortement encouragés à participer à des colloques et à publier des articles, ce qui contribue à augmenter la « note » accordée3 à l’école doctorale par les organismes de recherche brésiliens.

9Le dynamisme de l’école doctorale se mesure par le nombre de publications des chercheurs, mais aussi par les publications des étudiants, dont témoigne leur revue, qui peut être consultée à l’adresse suivante : http://www.revistas.usp.br/nonplus, et par son séminaire annuel, au cours duquel les étudiants peuvent présenter leurs recherches. Toutes ces initiatives contribuent à la formation de jeunes chercheurs, car elles sont conçues pour montrer aux étudiants les activités langagières et les genres textuels qui sont présents dans la sphère scientifique et qu’ils devront produire pour diffuser leur recherche.

10Bien que quelques activités de recherche se fassent en portugais, telles que le séminaire annuel et la rédaction de la majorité des thèses et mémoires, le français est toujours présent dans la bibliographie consultée, dans les œuvres et textes analysés ou traduits et dans la participation des étudiants à des colloques ou à des publications en langue française. Ceci représente pour nous un défi majeur, d’autant plus que le français n’est pas leur langue maternelle. Ainsi, en plus de l’apprentissage de la recherche elle-même, les étudiants doivent développer leurs compétences en littératie académique, à savoir, la production de textes oraux (présentations orales dans des congrès) et écrits (propositions de communication, résumés, articles, etc.), pour être capables de dialoguer avec le monde de la recherche francophone. Afin de pallier cette difficulté et de contribuer à la formation des jeunes chercheurs, nous avons mis en place un Laboratoire de Littératie Académique4, dont la fonction est d’aider les étudiants à rédiger ou à préparer leurs textes scientifiques en français. Le Laboratoire propose une aide à travers une permanence quelques heures par semaine et organise des conférences et des ateliers pour les étudiants intéressés, aussi bien en licence qu’en master/doctorat. Sa mission et ses fonctions peuvent être consultées à l’adresse suivante : http://letramentoacademico.fflch.usp.br/.

11Les actions que nous venons de présenter contribuent, par leur complémentarité, à la formation de jeunes chercheurs qui nourrissent les départements de français des universités brésiliennes, comme c’est le cas de nombreux de nos anciens étudiants qui ont réussi des concours nationaux et enseignent aujourd’hui dans différentes universités fédérales.

Haut de page

Notes

1 Les autres écoles doctorales peuvent abriter des recherches en français, cependant, il s’agit d’écoles où l’on trouve plusieurs langues confondues.

2 Les groupes de recherche peuvent être consultés à l’adresse suivante : http://dlm.fflch.usp.br/node/112

3 Les organismes de recherche brésiliens notent de 1 à 7 les écoles doctorales, dans une évaluation qui a lieu tous les trois ans et dans laquelle sont observés la production des professeurs-chercheurs et des étudiants, le temps d’obtention du diplôme de master ou de doctorat, entre autres.

4 Le Laboratoire de Littératie Académique, fondé par deux professeures (Marília Ferreira et Eliane Lousada) du Département de Lettres Modernes de la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de São Paulo, existe depuis 2011 et fournit une aide à la production de textes scientifiques en anglais, français et portugais.

Haut de page

Pour citer

Eliane Lousada, La recherche autour du français à l’Université de São Paulo (USP)
Le français à l'université , 20-01 | 2015
Mise en ligne le: 20 mars 2015, consulté le: 25 mars 2019

Haut de page

Auteur

Eliane Lousada

Université de São Paulo (Brésil)

Du même auteur

Haut de page