Le français à luniversité

Práticas em sala de aula de línguas; diálogos necessários entre teoria(s) e ações situadas

Eliane Lousada

Référence de l'oeuvre:

Mendes, Edleise et José Carlos Cunha (dir.), (2012), Práticas em sala de aula de línguas; diálogos necessários entre teoria(s) e ações situadas, Pontes, Campinas, 269 pages.

Texte intégral

Image1

1Peut-être plus que d’autres, le domaine de l’enseignement-apprentissage des langues a souvent été marqué par le dialogue entre théorie et pratique. Fortement axée sur le terrain, la didactique des langues a continuellement établi un dialogue entre ce qui se fait dans une salle de classe et les recherches qui en découlent. Dans cette perspective, l’ouvrage Práticas em sala de aula de línguas; diálogos necessários entre teoria(s) e ações situadas apporte une importante contribution au domaine auquel il se rattache. Les éditeurs se proposent, à travers 12 chapitres écrits par des spécialistes brésiliens et français, de poursuivre ce dialogue fructueux. Néanmoins, au-delà du renforcement de la dichotomie — qui peut s’avérer stérile — entre théorie et pratique, les éditeurs choisissent une autre voie : celle des rapports entre les actions de la salle de classe — situées — et les théories qui les alimentent et qui sont réalimentées en retour. En ce sens, les auteurs s’approchent de l’idée de la « contextualisation » des pratiques d’enseignement en fonction des objectifs locaux, qui conduisent à réinterroger les théories pour proposer des principes véritablement issus du contexte en question et non d’une simple adaptation à la « couleur locale » (Castelotti; Nishiyama, 2011 : 14).

2Pour ce faire, les éditeurs ont rassemblé des chapitres qui mettent en dialogue des thématiques présentes dans les salles de classe brésiliennes, que ce soit en langue maternelle ou en langue étrangère. Les neuf premiers chapitres abordent l’enseignement du portugais langue maternelle ou étrangère à partir de différents biais. Les deux premiers ont pour objectif d’examiner l’influence des théories linguistiques dans l’enseignement du portugais langue maternelle. Irandé Antunes se propose de discuter du rôle de la réflexion sur le lexique dans les pratiques pédagogiques. Luciano Amaral de Oliveira, à son tour, part d’une réflexion sur le tournant pragmatique pour s’interroger sur les apports de la sémantique à l’enseignement du portugais. Dans le prolongement de ces discussions, Maria Auxiliadora Bezerra examine l’étude de la grammaire dans les cours de portugais, mais à partir de son insertion dans la perspective de la production textuelle. Les deux chapitres suivants continuent d’aborder la question de la compréhension et de la production textuelles, dont l’importance ne cesse de croître dans les politiques éducatives brésiliennes. Dans le premier, Vanda Maria Elias se penche sur les pratiques de production textuelle contemporaines, en démontrant comment l’hypertexte a une influence sur la production de textes en dehors de l’environnement virtuel. Dans le deuxième, Edleise Mendes lance une réflexion sur la littératie en contexte académique, à travers une analyse des récits autobiographiques produits par des étudiants de Lettres en première année et qui avaient fait leurs études dans une école publique au Brésil. La problématique de la production textuelle est également abordée par Myriam Crestian Cunha, qui montre comment la notion de séquence didactique, telle que proposée par les chercheurs genevois (Dolz, Noverraz, Schneuwly, 2004), peut être associée à l’idée d’évaluation formative pour l’apprentissage du portugais comme langue maternelle. Dans un chapitre qui montre à quel point ce livre s’intéresse aux actions situées, Thomas Fairchild évoque une recherche réalisée à l’Université Fédérale du Pará, où il développe la thèse selon laquelle l’écriture et le système d’écriture sont des instances distinctes pour les individus. Le chapitre suivant, proposé par Claudemir Belintane, examine l’épineuse question de l’auteur de l’œuvre didactique, soumise à une universalisation des publications des maisons d’édition, encouragées par des initiatives gouvernementales.

3Les quatre derniers chapitres se consacrent à l’enseignement-apprentissage des langues étrangères. Clémence Jouët-Pastré propose une discussion à partir de la sociolinguistique, en s’interrogeant sur le rôle des médias numériques pour l’exposition à plusieurs variantes linguistiques comme un moyen de motiver les apprenants. Par la suite, Walkyria Magno e Silva nous fait part de ses recherches à propos de l’autonomie de l’apprenant, de la motivation à l’apprentissage, du conseil langagier et de leurs intersections comme une façon de promouvoir l’apprentissage de l’anglais langue étrangère à l’université. L’enseignement de l’anglais est également l’objet du chapitre de José Carlos Paes de Almeida Filho, qui a mené une recherche d’intervention visant à analyser les interactions dans les salles de classe des collèges dans le but de montrer que la langue anglaise peut être enseignée de manière moins artificielle et faire partie des interactions quotidiennes à l’école, généralement réalisées en langue maternelle. Le dernier chapitre aborde ce que l’auteur, Patrick Dahlet, appelle le mixilinguisme, c’est-à-dire une forme originale de la discursivité plurilingue. Selon l’auteur, la miscégénation communicative est inhérente au langage et peut être objet d’enseignement à travers l’exposition des apprenants à un corpus issu des pratiques mixilingues.

4Par la diversité des sujets abordés et en proposant une discussion large à propos de l’enseignement des langues en général, l’ouvrage séduit le lecteur, qui y trouvera certainement son compte.

Haut de page

BIBLIOGRAPHIE

Castelotti, V. et J. N. Nishiyama, (2011), « “Contextualiser” le CECR », Contextualisations du CECR : Le cas de l’Asie de l’Est. Le français dans le monde / Recherches et Applications, numéro 50, CLE International, Paris, p. 11-18.

Dolz, J., M. Noverraz et B. Schneuwly, (2004), “Sequências didáticas para o oral e a escrita : Apresentação de um procedimento”, B. Schneuwly, J. Dolz e colaboradores, Gêneros orais e escritos na escola. Tradução e organização de Roxane Rojo e Glaís Cordeiro, Mercado de Letras, Campinas, p. 95-128.

Haut de page

Pour citer

Eliane Lousada, Práticas em sala de aula de línguas; diálogos necessários entre teoria(s) e ações situadas
Le français à l'université , 19-02 | 2014
Mise en ligne le: 05 juin 2014, consulté le: 19 mars 2019

Haut de page

Auteur

Eliane Lousada

Université de São Paulo (Brésil)

Du même auteur

Haut de page