Le français à luniversité

Mesurer la francophonie et identifier les francophones. Inventaire critique des sources et des méthodes

Philippe Blanchet

Référence de l'oeuvre:

Maurer, Bruno (coord.), 2015, Mesurer la francophonie et identifier les francophones. Inventaire critique des sources et des méthodes, Éditions des archives contemporaines, Paris, 223 pages.

Texte intégral

1En 2008, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) avait réuni en séminaire international à Paris des chercheurs spécialistes de l’analyse des situations sociolinguistiques et démolinguistiques pour réfléchir aux méthodologies d’observation de la langue française dans le monde. De ce travail d’orientations est issu un rapport, disponible en ligne (http://www.francophonie.org/IMG/pdf/obs_seminaire_langue_francaise_synthese.pdf).

2Six ans plus tard, l’OIF a souhaité poursuivre ce travail en réunissant un deuxième séminaire international sur ce thème. Il s’agissait cette fois-ci d’examiner les différents outils, sources et méthodes utilisés par l’Observatoire de la langue française (OLF) de l’OIF pour l’élaboration de son rapport quadriennal sur la question (édition la plus récente : 20141). Le présent ouvrage, coordonné par Bruno Maurer, consiste en un compte-rendu des travaux réalisés à cette occasion.

3Le volume s’ouvre sur une présentation de la notion de francophone telle qu’utilisée à l’OLF par son responsable, A. Wolff. La typologie simple et commode en trois grands types (naître en français, vivre — aussi — en français, faire le choix du français langue étrangère) est explicitée, avec ses limites conscientes et ses modalités d’application. Elle fait plus loin l’objet de discussions, notamment dans le débat qui clôt le volume. Après cette brève première partie, une longue deuxième partie composée de trois chapitres recense, présente de façon détaillée et discute les sources utilisables, y compris les sources indirectes par exemple sur les taux de scolarisation, différents types d’enquêtes déjà réalisées dans de nombreux domaines, différentes méthodes d’enquête, y compris celles utilisées pour d’autres langues, enquêtes principalement quantitatives, mais aussi qualitatives. L’ensemble est très riche et aurait mérité une meilleure mise en valeur, par exemple sous forme de fiches bien distinctes. En effet, l’abus de listes, de caractères gras, de polices de caractères diverses, le tout dans une mise en page serrée, sans transitions, donne à la fois effectivement un sentiment de quantité qui peut donner satisfaction, mais également une lisibilité difficile qui rend la richesse des informations un peu difficile à saisir et les comparaisons plus difficiles encore à effectuer. Des tableaux comparatifs sont proposés p. 177-181 à la fin de cette partie. Ils offrent une aide précieuse à la relecture de ce qui précède, sans parvenir suffisamment, à mon sens, à en faire une synthèse claire, certes difficile. La troisième partie, enfin, propose un résumé très sélectif des débats (p. 186-200). On pourra regretter qu’il soit trop bref et trop peu thématisé pour éclairer, approfondir, questionner l’ensemble présenté en deuxième partie. Sur ce point, toutefois, le volume PDF en ligne issu du premier séminaire est beaucoup plus riche et répondait déjà à ce besoin, par anticipation.

4Cet ouvrage, et ses compléments en ligne sur le site de l’OIF (http://www.francophonie.org/Mesurer-la-francophonie-et.html), constituent donc un recensement bienvenu de nombreuses modalités d’enquêtes démolinguistiques et sociolinguistiques principalement, mais pas exclusivement centrées sur les pratiques du français. Recueil à dominante technique, il reste à mettre en perspective réflexive grâce au volume PDF de 2008 qui l’a précédé (et qui aurait sans doute davantage encore mérité une version papier éditée), ainsi que d’autres sources plus récentes.

5Disponible aussi en ligne au www.francophonie.org/IMG/pdf/mesurer-la-francophonie-version-pdf-ligne.pdf

Haut de page

Pour citer

Philippe Blanchet, Mesurer la francophonie et identifier les francophones. Inventaire critique des sources et des méthodes
Le français à l'université , 21-03 | 2016
Mise en ligne le: 04 octobre 2016, consulté le: 22 septembre 2017

Haut de page

Auteur

Philippe Blanchet

PREFICS, Université Rennes 2 (France)LISODIP, École Normale Supérieure d’Alger-Bouzatéah (Algérie)

Du même auteur

Haut de page