Le français à luniversité

La BD REMATE (Réseau maghrébin des technolectes). Une base de données des technolectes du Maghreb

Leila Messaoudi

Texte intégral

1L’un des défis du 21e siècle est la maîtrise de l’information, notamment celle afférente aux domaines spécialisés (scientifiques et techniques). Désireux de rendre disponible l’information spécialisée, les membres du Réseau maghrébin des technolectes (REMATE) ont décidé de créer une base de données appelée BD REMATE.

2Le REMATE a été créé au laboratoire Langage et société de l’Université Ibn Tofail Kénitra (Maroc), le 7 décembre 2012, à l’initiative de chercheurs du Maghreb, auxquels se sont joints des chercheurs de pays africains, européens et nord-américains. Ce réseau a bénéficié du soutien de l’AUF Bureau Maghreb et de centres de recherches universitaires maghrébins.

3Sachant qu’« un technolecte est un savoir-dire, écrit ou oral, verbalisant, par tout procédé linguistique adéquat, un savoir ou un savoir-faire dans un domaine spécialisé » (Messaoudi, 2010) et considérant que le Maghreb se caractérise par un plurilinguisme au sein duquel la langue française sert de médium privilégié dans l’expression et la transmission formelle et informelle des contenus spécialisés, l’idée de créer une base de données (regroupant les usages technolectaux en français, mais aussi en d’autres langues, présentes dans le paysage linguistique maghrébin) a fait son chemin. Une réunion s’est tenue à ce sujet, au laboratoire Langage et société de l’Université Ibn Tofail Kénitra (Maroc) en janvier 2015, à laquelle ont pris part les comités de suivi du REMATE, en provenance de trois pays (énoncés ici par ordre alphabétique) : Algérie (F. Benramdane, H. Méliani, O. Yermèche et N. Benhouhou), Maroc (T. Afkinich, B. Gouak, L. Messaoudi et A. Ouassou) et Tunisie (I. Benrejeb, R. Bouziri et R. Chenoufi). À la suite de la réunion des trois comités sus cités, une plénière de concertation fut tenue le même jour avec d’autres membres du REMATE, et la décision fut prise pour la Construction d’une base de données1 sous la forme d’un Dictionnaire électronique.

4L’appellation « dictionnaire électronique » peut paraître quelque peu ambigüe2, car elle désigne, d’un côté, les fichiers nécessaires à l’élaboration du dictionnaire et, d’un autre côté, le produit final informatisé, c’est-à-dire un dictionnaire en ligne. Il existe des dictionnaires électroniques servant à décrire la langue à travers, par exemple pour le français, les mots simples, les mots composés3, les mots à traits d’union4, les expressions figées5. Mais ce n’est pas à ce type de dictionnaire que nous renvoyons et, pour lever toute équivoque, nous userons de l’expression « dictionnaires en ligne ».

5Grâce à des logiciels d’interrogation performants et grâce à un étiquetage en amont des données, conçu en fonction des besoins et attentes des utilisateurs, les dictionnaires en ligne permettent une recherche plus rapide et plus complète que celle menée à travers les dictionnaires traditionnels sous le format papier. Dès lors, comment se présente la BD REMATE ?

6L’architecture est celle d’une BD, offrant des informations aisément accessibles, telles que celles relatives aux entrées-vedettes (unités simples ou phraséologies), aux domaines, aux langues, aux registres (savant ou ordinaire), au lieu de recueil (pays ou région), aux transcriptions, aux illustrations, etc. Ces informations sont difficiles à obtenir dans un dictionnaire traditionnel.

7Par ailleurs, même si la langue de travail est le français, la BD REMATE comporte un caractère plurilingue, renvoyant ainsi à la situation linguistique. Les corpus collectés appartiennent donc à différentes variétés linguistiques, qui sont :
- le français
- l’arabe standard
- l’anglais
- l’arabe algérien
- l’arabe marocain
- l’arabe tunisien
- l’amazighe
- l’espagnol
- l’italien

8Les graphies utilisées sont les caractères latins, les caractères arabes et l’alphabet phonétique international (à noter que la transcription adoptée par les arabisants est aussi prise en charge). L’introduction du caractère tifinagh (pour l’amazighe) est à l’étude.

9Le recueil des données concerne à la fois les technolectes savants et ordinaires (Messaoudi, 2003) et, dans un premier temps, ceux concernant des domaines communs :

  • pour les technolectes savants : les filières universitaires (notamment les Sciences de la vie et de la terre)

  • pour les technolectes ordinaires :
    a) la santé (les noms et symptômes des maladies)
    b) les arts et métiers (les productions artistiques populaires [malhun, zajal, rap, ray, etc.] seront prises en compte)

10Le choix de domaines communs permettrait des comparaisons utiles. Les données recueillies par des chercheurs ayant déjà investi d’autres domaines comme l’informatique, la mécanique automobile, l’agriculture, les arts et métiers (bijouterie, pêche, maçonnerie, etc.) pourront figurer dans la BD REMATE. La condition pour retenir une donnée est que cette dernière (unité simple ou phraséologie) soit utilisée pour l’expression d’un contenu scientifique ou technique.

11En résumant, les éléments de la structure des données se présentent comme suit :
- Entrée (unité nominale ou verbale/simple/complexe/phraséologique)
- Langue
- Domaine
- Sous-domaine
- Registre (savant/ordinaire)
- Définition
- Contexte linguistique
- Source orale, lieu et date de recueil
- Source écrite ou oralisée (ouvrages, dictionnaires, prospectus, guides d’utilisation de machines, etc., ou fiches de cours, polycopiés, présentations PowerPoint, TD, QCM, etc.)
- Commentaire et lien vers une autre donnée
- Traduction
- Auteur de la fiche

12La recherche peut se faire par entrée, par pays, par domaine, etc., et les liens permettent de trouver d’autres informations complémentaires.

13La BD REMATE est évolutive et peut être alimentée, au besoin, en fonction des données observées sur le terrain qui sont relatives aux domaines scientifiques et techniques.

14La BD REMATE représente un outil précieux pouvant rendre service aux chercheurs des disciplines et domaines scientifiques et techniques. De plus, elle constitue un réservoir de données orales qui n’ont jamais été consignées et qui, pourtant, servent dans les échanges en situation professionnelle (dans les ateliers, usines, chantiers, etc.) ou en contexte universitaire (dans les TD et TP des filières scientifiques). C’est dire l’importance de la BD REMATE, instrument qu’il faut à tout prix préserver et améliorer. L’appel est ainsi adressé aux chercheurs des Sciences humaines et sociales, des Sciences et technologies, etc., pour joindre le REMATE et contribuer à l’alimentation de la BD.

15L’intervention des chercheurs, par leur participation à la pérennisation de ce projet, prend sens dans la mesure où elle touche non seulement des secteurs vitaux de la société, relatifs à la transmission technique et scientifique, mais aussi parce qu’elle permet une réflexion concrète, émanant du terrain et permettant ainsi une meilleure visibilité quant à la politique linguistique et éducative à envisager pour le Maghreb, avec le devoir de la prise en compte non seulement de la langue française, mais aussi et surtout du contexte plurilingue dans lequel elle baigne.

Haut de page

BIBLIOGRAPHIE

Gross, Gaston, (1996), Les expressions figées en français. Les noms composés et autres locutions, Ophrys.

Mathieu-Colas, Michel, (1995), « Un dictionnaire électronique des mots à trait d’union », Langue française, volume 108, numéro 1, Larousse, Paris, p. 76-85.

Messaoudi, Leila, (2010), « Langue spécialisée et technolecte : quelles relations ? », META, volume 55, p. 127-135.

Messaoudi, Leila, (2013), « Technolectes savants et ordinaires dans le jeu des langues au Maroc », Dynamique langagière au Maroc, Langage et société, Maison des sciences de l’homme, Paris.

Messaoudi, Leila, (2014), « Dictionnaires électroniques et recherche lexicale sur les technolectes », Les Cahiers du dictionnaire, numéro 6, Classiques Garnier, Paris.

Monteleone, Mario, (2003), Lexicographie et dictionnaires électroniques, thèse de doctorat de l’Université de Marne-la-Vallée, sous la direction de M. Elia Annibale et M. Laporte Éric, 198 p. Disponible à l’adresse : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00627599/document

Silberztein, Max, (1990), « Le dictionnaire électronique des mots composés », Langue française, volume 87, numéro 1, Larousse, Paris, p. 71-83.

Zock, Michael et John Carroll, (2003), « Les dictionnaires électroniques », Les dictionnaires électroniques, TAL, volume 44, numéro 2, p. 7-10. Disponible en ligne à l’adresse : http://tal.revuesonline.com/gratuit/TAL44_2_001-Zock_intro.pdf

Haut de page

Notes

1 Monteleone, 2003.

2 Zock et Carroll, 2003.

3 Silberztein, 1990.

4 Mathieu-Colas, 1995.

5 Gross, 1996.

Haut de page

Pour citer

Leila Messaoudi, La BD REMATE (Réseau maghrébin des technolectes). Une base de données des technolectes du Maghreb
Le français à l'université , 21-03 | 2016
Mise en ligne le: 16 septembre 2016, consulté le: 16 juin 2019

Haut de page

Auteur

Leila Messaoudi

Laboratoire Langage et société CNRST URAC 56, Université Ibn Tofail Kenitra (Maroc)

Du même auteur

Haut de page