Le français à luniversité

Le réel en traduction : greffage, traces, mémoire

Mirela Kumbaro Furxhi

Référence de l'oeuvre:

Génin, Isabelle (dir.), (2011), « Le réel en traduction : greffage, traces, mémoire », Palimpsestes, no 24, Presses Sorbonne Nouvelle, Paris, 242 pages.

Texte intégral

Image1

1Le numéro 24 de Palimpsestes, revue consacrée à l'étude des problèmes théoriques et pratiques de la traduction, principalement dans le domaine anglais-français / français-anglais, cerne la problématique de la présence du réel (en tant que traces de mémoires, faits d’actualités, greffages de référents sociaux ou scientifiques, digressions historiques, voire même en tant qu'introduction aux textes littéraires) dans les textes fictionnels.

2Il est évident que le réel envahit la littérature sous diverses formes en multipliant les référentiels de différentes sources. Or, comment rendre cette coexistence « polygame » dans un processus de traduction non seulement d’une langue à l’autre, mais surtout d’une culture à l’autre ? Quelles stratégies traductives choisir pour y réussir, sans trahir l’auteur dans son idée mise en fiction et tout en respectant le lecteur de la traduction dans son envie de comprendre, de saisir cette autre réalité fictionnelle ? Comment servir « les deux maîtres », comme le dit Paul Ricœur ?

3Les études présentées ici s’intéressent aux textes littéraires marqués par une représentation mimétique du réel, où l’hybridité entre réel et fiction est très évidente et dont la lecture exige une démarche intermédiaire de mise en contact de ces éléments, alors que la traduction en est une instance de médiation supplémentaire, non pas entre réel et fiction cette fois-ci, mais entre un texte et un autre.

4Dans les divers textes illustrant les articles de ce numéro, comme Ivanhoe de Walter Scott, Tintin d'Hergé, les récits de A. J. Cronin, Oliver Twist de Ch. Dickens, Atmospheric Disturbances de Rivka Galchen et A Free Life de Ha Jin, il est très intéressant de voir comment les différents traducteurs, mais aussi éditeurs et parfois auteurs, interviennent non pas pour traduire le réel, mais les effets du réel dans le texte de fiction, et de réaliser à quel point ces procédés sont fragiles, complexes, engageants.

5Ce numéro de Palimpsestes incite à une réflexion traductologique des chercheurs-traducteurs centrée sur leur propre activité de traduction, vue non pas comme une pâle copie de l’original, mais comme l’un des prolongements intertextuels d’un original où se tissent pour la première fois des relations entre réel et fiction.

6La riche bibliographie et les multiples références aussi diversifiées sur le plan synchronique que sur le plan diachronique constituent un atout très important de cette revue. Je ne pourrais que la suggérer à tous ceux et celles qui s’intéressent aux recherches traductologiques, mais aussi à la réflexion interculturelle dans la communication littéraire.

Haut de page

Pour citer

Mirela Kumbaro Furxhi, Le réel en traduction : greffage, traces, mémoire
Le français à l'université , 17-02 | 2012
Mise en ligne le: 26 février 2013, consulté le: 25 mars 2019

Haut de page

Auteur

Mirela Kumbaro Furxhi

Université de Tirana (Albanie)

Du même auteur

Haut de page