Le français à luniversité

Prendre la diversité au sérieux en didactique/didactologie des langues. Altériser, instabiliser : quels enjeux pour la recherche et l’intervention ?

Olivier-Serge Candau

Référence de l'oeuvre:

Huver, Emmanuelle et David Bel (coord.), (2015), Prendre la diversité au sérieux en didactique/didactologie des langues. Altériser, instabiliser : quels enjeux pour la recherche et l’intervention ?, L’Harmattan, Paris, 288 pages.

Texte intégral

1C’est à un renouvellement de la réflexion sur la diversité des usages et de l’appropriation des langues que nous invitent Huver et Bel dans cet ouvrage collectif, consacré à la didactique et à la didactologie des langues et des cultures. Cette étude invite à réfléchir à la diversité culturelle et linguistique dans un souci de conscientisation et de réflexion permanent sur la décentration et l’écoute de l’autre. Ce qui intéresse les auteurs, c’est précisément d’interroger les usages, les conceptions et les modalités auxquels la diversité de l’enseignement et de l’apprentissage renvoie, sans jamais se départir de la recherche ou de l’intervention. Les articles permettent de voir la diversité non pas comme une catégorie donnée a priori, mais comme mouvante et en construction. Sans s’aventurer à reconstituer clairement l’organisation complexe (tant sur le plan conceptuel que thématique) de l’ouvrage, on en proposera quelques points de repère :
— place des constructions culturelles en didactique des langues : discours occidental sur la Chine et rejet du culturalisme exotique (Debono), perceptions et interprétations de la diversité (sociale, spatiale et identitaire des usages langagiers) et de la pluralité didactique dans la formation linguistique des adultes migrants (Lebreton et Leconte), sollicitation d’expériences croisées comme pistes didactiques en Afrique (Peigne et Feussi), références académiques plurielles de l’écriture des apprenants chinois (Pernet-Liu), apports professionnalisants de la mobilité dans les choix didactiques des enseignants chinois (Goï et Lyang);
— circulation entre espaces réels (géographiques : Chine, France et Japon, et historiques : de la fin du 19e siècle à la période contemporaine) et symboliques liée à la transmission et à l’appropriation des langues : littérature et langue de migration (Bouvier-Lafitte), culture éducative des étudiants en France (Xie et Han), décalage entre politique nationaliste et ouverture inhérente à l’enseignement des langues et des cultures (Hu), mise en perspective des cultures d’apprentissage (Wang), autarcie du modèle didactique japonais (Takeuchi), ancrage historique de l’ouverture à la diversité didactique (Zhou);
— réorientation théorique du concept de diversité : interroger la posture du natif comme ressource d’apprentissage (Torres-Castillo), mieux appréhender les situations d’appropriation des savoirs, les capacités et les aptitudes liées au domaine linguistique dans un contact permanent avec les langues en présence (Castellotti).

2Les orientations théoriques et pratiques évoquées par l’ensemble des auteurs permettent de croiser sans jamais unifier les différentes catégories épistémologiques et méthodologiques susceptibles de rendre partageables les conceptions renouvelées de la diversité. Tous les auteurs invitent à accepter l’impénétrabilité de l’autre, comme une condition nécessaire pour repenser le rapport au monde de celui qui apprend et de celui qui enseigne. C’est à ce titre seulement que la diversité peut se faire diversitaire. Les approches diversitaires prennent en compte des éléments relevant de différentes catégories anthropologiques (construction de systèmes pour structurer le monde), épistémologiques (enseignement de la culture comme antagonisme entre des postures identitaires mouvantes) et socio-historiques (situées et susceptibles d’être reconstruites dans le temps). L’ensemble de l’ouvrage invite ainsi à revisiter les moyens possibles d’une didactique de et par l’altérité, gage d’une pratique didactique à l’écoute des répertoires identitaires pluriels.

Haut de page

Pour citer

Olivier-Serge Candau, Prendre la diversité au sérieux en didactique/didactologie des langues. Altériser, instabiliser : quels enjeux pour la recherche et l’intervention ?
Le français à l'université , 21-01 | 2016
Mise en ligne le: 10 février 2016, consulté le: 18 mars 2019

Haut de page

Auteur

Olivier-Serge Candau

CRREF (EA 4538), ESPE de la Guadeloupe, Université des Antilles

Du même auteur

Haut de page