Le français à luniversité

Dynamiques plurilingues : transpositions politiques et didactiques

Claude Éric Owono Zambo

Référence de l'oeuvre:

Kara, Attika Yasmine, Malika Kebbas et Moussa Daff, (2013), « Dynamiques plurilingues : transpositions politiques et didactiques », Cahiers de linguistique. Revue de sociolinguistique et de sociologie de la langue française, 39/2, E.M.E. & InterCommunications, Bruxelles, 174 pages.

Texte intégral

Image1

1L’espace (non)francophone est dominé aujourd’hui par le plurilinguisme. Cela est un fait démontré. Cependant, le processus de didactisation de ce phénomène reste peu étudié. Avec la parution du numéro intitulé Dynamiques plurilingues : transpositions politiques et didactiques, ce vide est de mieux en mieux comblé. Un postulat fort est émis : si le français intervient dans divers environnements socioéducatifs comme la langue de l’enseignement, si le français se meut dans un bassin linguistique où foisonnent également d’autres langues et dialectes, alors c’est la manière même d’enseigner et de recourir au français qui devrait être repensée fondamentalement. La notion de transposition didactique devient, dès lors, nécessaire, et son application en contexte plurilingue justifie la présente publication.

2Issue d’un collectif de 14 articles scientifiques, cette publication réaffirme l’urgence non seulement de questionner la pertinence des politiques linguistique et éducative, mais aussi de réaliser le potentiel plurilingue en chaque apprenant au travers d’une didactique des langues où l’exclusivité ne reviendrait à aucune prioritairement. Le plaidoyer de Safia Asselah Rahal (p. 41) « pour une didactique du plurilinguisme », avec pour point focal l’introduction de la langue maternelle à l’école, découle de cette logique. Mais avant, il faudra régler la question des « attitudes » et des « représentations » non seulement chez les décideurs, mais aussi chez les enseignants et les apprenants. Hadjira Medane (p. 125-126) analyse en détail les manifestations de celles-ci chez les étudiants algériens.

3Tout cela passe évidemment par l’évacuation, par les utilisateurs de la langue française, de la notion « d’insécurité linguistique » qu’aborde Sabrina Aïssaoui (p. 102) concernant la performance scolaire et praxéologique des apprenants. D’ailleurs, même le domaine de la didactique du français, destinée aux migrants en France, est aussi abordé dans ce livre pour souligner, en ce qui concerne principalement les Zones d’Éducation Prioritaires, le caractère plurilingue et pluriculturel des apprenants qui y vivent. D’où la nécessité donc de penser la pédagogie adéquate dans le rapport entre le français enseigné à l’école et ce qu’on peut appeler l’influence des langues migratoires que Kawthar Ben Abdallah (p. 141) qualifie d’« intégration linguistique ». Cela passe surtout par ce qu’Émilie Lebreton (p. 151) nomme l’« ouverture à la pluralité dans les formations linguistiques des migrants ».

4En tout état de cause, le bien-fondé principal de ce livre est de repenser la didactique des langues en général, et du français en particulier, car, selon Moussa Daff (p. 77), c’est tout le processus d’enseignement des langues en contexte plurilingue qu’il faut (re)mettre sur pied si l’on veut favoriser l’émergence des compétences polyculturelles ou polyidentitaires chez les apprenants.

Haut de page

Pour citer

Claude Éric Owono Zambo, Dynamiques plurilingues : transpositions politiques et didactiques
Le français à l'université , 20-01 | 2015
Mise en ligne le: 18 mars 2015, consulté le: 21 octobre 2017

Haut de page

Auteur

Claude Éric Owono Zambo

Chercheur associé au CELFA, Université de Bordeaux 3 (France)

Du même auteur

Haut de page