Le français à luniversité

L’auteur pour la jeunesse de l’édition à l’école

Abdelmajid Mekayssi

Référence de l'oeuvre:

Massol, Jean-François et François Quet (dir.), (2011), L'auteur pour la jeunesse de l'édition à l'école, Éditions littéraires et linguistiques de l'Université de Grenoble, Grenoble, 339 pages.

Texte intégral

Image1

1Cet ouvrage est une réflexion collective sur la notion d’auteur pour la jeunesse dans les domaines éditorial et scolaire. Comment se définit l’auteur par rapport à ces deux institutions ? Est-il appelé à s’adapter à l’une ou l’autre des deux institutions ? Y a-t-il des variations à noter à la suite du passage de l’une à l’autre ? Tels sont les termes de la problématique que ce livre propose au lecteur.

2L’ouvrage nous propose une introduction de Jean-François Massol et trois chapitres respectivement intitulés :

  • L’auteur pour la jeunesse dans l’histoire ;

  • Diversité contemporaine des auteurs de jeunesse ;

  • L’auteur pour la jeunesse à l’École.

3Il se termine enfin sur la conclusion de François Quet intitulée « La littérature pour la jeunesse au risque de ses auteurs. »

4Le premier chapitre retrace l’historique de l’auteur pour la jeunesse qui, depuis Homère, est avant tout un éducateur. Son statut est, toutefois, fonction de la représentation que se fait de lui son public, jeune ou adulte. Cela apparaît généralement dans le texte, le paratexte et dans la thématique de l’ouvrage. Il est à noter aussi que les manifestations de l’auteur sont plus fréquentes chez certains écrivains dans les œuvres pour enfants, nettement plus directs et optimistes que dans les œuvres pour adultes. Nonobstant cette différence, l’auteur, dans les deux cas, se veut de connivence avec son lectorat et porteur d’un message édifiant. La littérature de jeunesse se trouve définie, d’une part, par son lecteur, compte tenu du statut et de la réception de ce dernier et, d’autre part, par sa brièveté et son interprétabilité. À l’école ou dans le domaine éditorial, l’auteur de jeunesse a des fonctions différentes, parce que chacune des deux institutions a ses propres objectifs.

5Le deuxième chapitre s’intéresse à l’auteur dans la société de spectacle, au créateur pour les enfants de la vidéosphère à l’heure de la mondialisation et s’interroge sur la pertinence de chercher la figure de l’auteur quand, souvent, le goût et le plaisir de la lecture n’en dépendent pas. Le chapitre propose ainsi une réflexion sur la figure de l’auteur face à l’institution éditoriale et compare cela chez différentes maisons d’édition en vue de mettre au point l’incidence sur l’éditeur et sur l’auteur comme statut et comme autorité. Cette partie de l’ouvrage souligne aussi les rapports conflictuels et/ou complémentaires entre écrivain et illustrateur.

6Le troisième chapitre montre l’effet que peut avoir la visite d’un auteur « de chair et d’os » dans une classe. L’imagination des jeunes lecteurs se trouve toute libérée et leur représentation changée. De l’auteur nécessairement mort à l’auteur-star, le jeune lectorat se retrouve devant une catégorie multiple.

7L’auteur dans une classe primaire est surtout l’écrivain qui imagine, qui raconte et qui joue avec le lecteur. Quand on pose la question de l’auteur de jeunesse, ne s’interroge-t-on pas également sur la catégorie du jeune lecteur ?

Haut de page

Pour citer

Abdelmajid Mekayssi, L’auteur pour la jeunesse de l’édition à l’école
Le français à l'université , 17-02 | 2012
Mise en ligne le: 09 mai 2013, consulté le: 21 janvier 2019

Haut de page

Auteur

Abdelmajid Mekayssi

Université de Rabat (Maroc)

Du même auteur

Haut de page