Le français à luniversité

Éditorial

Jean-Paul de Gaudemar

Texte intégral

1Le dossier principal de ce nouveau bulletin Le français à l’université est consacré à l’enseignement et l’apprentissage du français dans l’Océan Indien, notamment en Afrique du Sud, en Inde et à Madagascar, qui vient d’accueillir avec succès le 16e Sommet de la Francophonie.

2Madagascar est un bon exemple des enjeux du développement du français à l’Université. Les francophones n’y représentent en pratique qu’une minorité de la population mais le français est toujours la langue de toutes les élites. La maîtrise du français est en elle-même considérée comme un atout majeur sur le plan professionnel, donnant aux universités un rôle majeur en ce domaine.

3Car Madagascar témoigne aussi de la prodigieuse transformation en cours du monde universitaire, celle qui voit arriver de nouveaux flux d’étudiants, plus massifs qu’aux générations précédentes mais aussi plus diversifiés, avec des étudiants de multiples origines tant sur le plan social que culturel. Cette « massification » doit être lue comme un progrès traduisant l’accès d’un plus grand nombre à des formations supérieures réservées pendant longtemps aux enfants des élites, en un double mouvement de fond né, d’une part, de la nécessaire montée en gamme des qualifications dans tout processus de développement et, d’autre part, de la forte aspiration des jeunes générations à poursuivre des études supérieures.

4Mais cette accélération de la scolarisation supérieure crée aussi des exigences nouvelles. D’une part, elle implique que la qualité de l’enseignement délivré ne soit pas la victime de cette évolution quantitative et qu’en conséquence les modes d’organisation pédagogique, les méthodes et les outils utilisés soient adaptés. D’autre part elle implique aussi que l’accroissement résultant du nombre de diplômés ne se traduise pas par des difficultés accrues d’insertion professionnelle voire par des taux de chômage croissant avec le niveau du diplôme obtenu.

5Madagascar fournit là encore un bon exemple des potentialités mais aussi des dangers que peut représenter cette progression de l’enseignement supérieur. Dans ce pays parmi les plus pauvres, on décompte néanmoins plus de 110 000 étudiants. Un taux certes encore bas comparativement aux pays plus développés mais qui aurait été impensable il y a moins d’une génération. L’enseignement supérieur y est certes une chance mais à condition qu’il soit accompagné par des moyens conséquents notamment en matière de recherche et de liens entre le monde universitaire et son environnement économique. Ce qui reste aujourd’hui, largement à accomplir. C’est dans un tel contexte qu’il faut penser l’enseignement du français dans l’Océan Indien. Le penser comme un bel atout offert à tous les étudiants, notamment tous ces nouveaux étudiants. Mais à condition qu’il soit un atout réel, de qualité, accompagné de travaux de recherche adéquats, accompagné d’une réflexion partagée avec les pouvoirs économiques sur les possibilités d’insertion professionnelle.

6L’enseignement du français et la recherche en français dans les pays à forte tradition anglophone, comme l’Afrique du Sud ou l’Inde, sont aussi des thèmes importants de ce dossier. En Inde, le français est enseigné dans près de 50 départements universitaires et la proportion d’apprenants de français est en progression1. Le défi est aussi de renforcer la formation initiale et continue des enseignants de français.

7De concert avec différentes organisations, l’AUF œuvrera à faire de la langue française une monnaie forte des échanges universitaires. Elle participera à des actions visant à améliorer la forme et la qualité de l’enseignement de la langue française ainsi que les contenus et dispositifs de la formation initiale et continue des enseignants de français.

8La rubrique « Ressource » est consacrée au nouveau métaportail de ressources éducatives « IDNEUF » élaboré par l’AUF suite à une demande formulée par les ministres francophones de l’Enseignement supérieur en 2015. IDNEUF a été conçu pour faciliter la capitalisation et la mutualisation de ressources et en favoriser l’accès à tous les étudiants, enseignants, chercheurs et publics en formation. Il est aujourd’hui fonctionnel et propose près de 40 000 ressources en libre accès. Des dossiers pédagogiques sur le thème « Connaître la Francophonie », destinés aux enseignants et apprenants de tous niveaux scolaires, du primaire à l’enseignement supérieur, qui souhaitent mettre en place un cours sur cette thématique, sont également présentés dans cette rubrique.

Haut de page

Notes

1 La langue française dans le monde, 2014, p. 248.

Haut de page

Pour citer

Jean-Paul de Gaudemar, Éditorial
Le français à l'université , 21-04 | 2016
Mise en ligne le: 19 décembre 2016, consulté le: 18 janvier 2019

Haut de page