Le français à luniversité

L’intercompréhension à travers l’expérience des ateliers. Une introduction à la pratique de l’intercompréhension : expériences et propositions pédagogiques en centres de langues

Eliska Glatzova

Référence de l'oeuvre:

Erazo Munoz, Angela Maria et Maria Teresa Munoz Burgos, (2013), L’intercompréhension à travers l’expérience des ateliers. Une introduction à la pratique de l’intercompréhension : expériences et propositions pédagogiques en centres de langues, Éditions universitaires européennes, Saarbrucken (Allemagne), 104 pages.

Texte intégral

Image1

1Cet ouvrage est un travail à la fois théorique et pratique. Deux auteures, Angela Erazo Munoz et Teresa Munoz Burgos, se sont passionnées pour la possibilité de maîtriser passivement toutes les langues romanes. En plus, elles ont pleinement profité de leur séjour en France pour y réaliser plusieurs ateliers. Grâce à cette expérience, elles nous proposent toute une série d’activités pédagogiques innovantes et créatives.

2Dans la première partie, l’intercompréhension est introduite dans le contexte historique et politique. Les auteurs présentent diverses définitions de ce phénomène en soulignant leurs caractéristiques communes. La communication joue un rôle important dans la civilisation humaine. La nécessité d’interaction est confirmée par l’existence d’une lingua franca. D’un côté, le recours à une langue commune (latin, anglais) est avantageux et pratique, mais de l’autre côté, cela peut cumuler aussi des effets négatifs tels que la perte culturelle et l’appauvrissement de la communication. Le but de l’intercompréhension est d’éviter ces conséquences négatives et de maintenir la diversité linguistique en Europe. L’Union européenne protège les valeurs telles que le respect mutuel et la tolérance dans l’environnement multiculturel et multilingue. L’apprentissage des langues devient ainsi indispensable pour soigner l’héritage.  

3La seconde partie de la publication commence par une réflexion personnelle de Teresa Munoz Burgos sur ses propres études et sa motivation. Elle décrit sa voie à l’intercompréhension et l’élaboration des ateliers. Le chapitre contient surtout des fiches pédagogiques. Les ateliers sont destinés aux étudiants dont le niveau de compétence dans une ou plusieurs langues romanes est C1 au minimum. Dans le cadre de ces ateliers, les étudiants développent des stratégies utiles pour la compréhension et la production orales et écrites ainsi que la capacité de percevoir les aspects interculturels. Les activités sont classées chronologiquement — de l’introduction jusqu’au feed-back final. L’enseignant utilise les différences culturelles et en profite activement afin que les étudiants s’enrichissent mutuellement. Le cours est organisé sous forme ludique et interactive à l’aide des jeux, des chansons et de matériel authentique.

4Le chapitre suivant est consacré au théâtre, plus concrètement à la réalisation d’un spectacle théâtral plurilingue — en français, en espagnol et en portugais. Les auteurs proposent une manière de développement des gestes, de la mimique et de la voix. La langue parlée n’est qu’un élément en communication. La simulation des situations aide les étudiants à se débrouiller dans la vie réelle. L’approche actionnelle, dans ce cas la dramatisation, développe l’autonomie et la confiance en soi.

5Cette publication nous offre la possibilité d’enrichir les méthodes d’enseignement. Les auteurs favorisent l’interaction et la production orale, ce qui est une approche innovante et unique en intercompréhension. De plus, la réflexion profonde des auteurs et des étudiants permet de révéler des contributions et des limites à la pratique. En bref, ce livre est une source d’inspiration intéressante en didactique.

Haut de page

Pour citer

Eliska Glatzova, L’intercompréhension à travers l’expérience des ateliers. Une introduction à la pratique de l’intercompréhension : expériences et propositions pédagogiques en centres de langues
Le français à l'université , 19-02 | 2014
Mise en ligne le: 27 mai 2014, consulté le: 18 janvier 2019

Haut de page

Auteur

Eliska Glatzova

Université Charles de Prague (République tchèque)

Du même auteur

Haut de page