Le français à luniversité

Évaluer en didactique des langues/cultures : continuités, tensions, ruptures

Wassim El Khatib

Référence de l'oeuvre:

Huver, Emmanuelle et Aleksandra Ljalikova, « Évaluer en didactique des langues/cultures : continuités, tensions, ruptures », Recherches et applications — Le français dans le monde, no 53, janvier 2013, Clé International, Paris, 157 pages.

Texte intégral

1Ce numéro se propose de mettre en lumière les enjeux méthodologiques, épistémologiques et politiques de l’évaluation dans le domaine de la didactique des langues/cultures (DLC). Les différentes contributions, qui ne se recoupent pas forcément, sont réparties en trois parties offrant un parcours de lecture mettant en relief les problématiques soulevées et suggérant, en même temps, des éléments de réponse à ces problématiques : « un champ en mouvement et en tensions », « évaluation des usages d’évaluation : faire avec les tensions », « pluralités culturelles et linguistiques : déplacer les problématiques ».

2La réflexion épistémologique entamée, dans la première partie, invite à dépasser les positionnements manichéens : objectivité/subjectivité, quantitatif/qualitatif, etc., et met en avant l’idée de travail sur soi de l’enseignant et du chercheur, constituant le « troisième brin », nécessaire à la « tresse » des paradigmes contradictoires de l’évaluation : « mécaniste » et « biologiste » (Vial), le développement d’une « compétence à évaluer » et le recours à des évaluations complexes (Laveault) et à une évaluation « multiréférentielle » (Chardenet).

3Le questionnement développé, dans les articles réunis dans la deuxième partie, porte sur les limites des échelles du Cadre européen commun de référence pour les langues (CECR) et des évaluations et certifications standardisées calibrées au niveau de ce cadre. Comme le souligne le titre de cette partie, les auteurs de ces articles, loin de rejeter l’apport du Cadre et la nécessité des tests standardisés, proposent une « lecture multidimensionnelle » (Riba) du cadre, des modes et des évaluations « alternatifs » (Tardieu, Anquetil) incluant des évaluations « sociointégratives » de type actionnel ou sur Portfolio.

4La réflexion développée, dans la troisième partie, a trait aux enjeux de l’émergence du paradigme de la pluralité linguistique et/ou culturelle, qui impactent considérablement la problématique de l’évaluation en DLC. Sont ainsi mis en question les modes d’évaluation majoritairement sommatifs et quantitatifs et le recours exclusif au CECR. D. Lussier propose une « approche systémique » de l’évaluation s’appuyant, entre autres, sur l’élaboration d’un cadre de référence en compétence de communication interculturelle (CCI). F. Dervin parle d’« effets qui ne sont ni calculés ni calculables » de la compétence culturelle qui nécessitent une approche formative de l’évaluation de cette compétence. M. Marquilló Larruy s’attarde également sur les limites et dérives des modalités évaluatives plus quantitatives que qualitatives et invite à revisiter la conception des normes et des erreurs dans le domaine du plurilinguisme. L. Gajo, J.-M. Lusher et C. Serra présentent des outils plus adéquats, à leurs yeux, à l’enseignement bilingue et proposent la notion de « ressource » permettant de cerner plus, à leur avis, le processus d’enseignement/apprentissage des langues que celle de « compétence ».

5La contribution de D. Coste clôt l’ensemble par un rappel du symposium de Rüschlikon qui est à l’origine du CECR en (ré)invitant au recours à une conception autre que celle des échelles de niveaux pour l’évaluation : la « conception modulaire ».

6Ce numéro de Recherches et applications — Le français dans le monde apporte un éclairage novateur sur les différentes problématiques liées à l’évaluation en DLC et permet de « désévidencier » beaucoup d’évidences, comme le soulignent E. Huver et A. Ljalkova dans la présentation du numéro qui offre, par ailleurs, une synthèse précieuse sur le sujet.

Haut de page

Pour citer

Wassim El Khatib, Évaluer en didactique des langues/cultures : continuités, tensions, ruptures
Le français à l'université , 18-03 | 2013
Mise en ligne le: 23 janvier 2017, consulté le: 16 juin 2019

Haut de page

Auteur

Wassim El Khatib

Université Libanaise et Université Saint-Joseph (Liban)

Du même auteur

Haut de page