Le français à luniversité

Glossaire des expressions et termes locaux employés dans l’Ouest africain

Koia Jean-Martial Kouamé

Référence de l'oeuvre:

Mauny, Raymond (préface de Louis-Jean Calvet), (2011), Glossaire des expressions et termes locaux employés dans l’Ouest africain, coll. « Le français, langue partenaire », Éditions Écriture, Paris, 2011, 113 pages.

Texte intégral

Image1

1L’ouvrage de Raymond Mauny apporte une contribution de tout premier plan à la description du français en Afrique et à la Base de données lexicographiques panfrancophone1. Précurseur dans ces domaines, cet ouvrage est « une sorte de photographie de l’état de la langue française en Afrique de l’Ouest au début des années 1950 », comme l’écrit Jean-Louis Calvet dans sa préface. Le projet de l’auteur visait à donner un aperçu du français qu’utilisaient entre eux les Européens et l’élite africaine.

2Ce français, comme il l’explique dans l’introduction, est né de la nécessité pour « des gens de France », de créer « un vocabulaire adapté aux circonstances de (leur) nouvel environnement ». Cela rend bien compte du fait que toute langue peut être modelée et adaptée par ses usagers pour exprimer de nouvelles réalités qui s’imposent à eux.

3Ce travail est original, car contraire au relevé d’africanismes qu’on retrouve habituellement dans les études qui portent sur le français en Afrique. On ne peut que se réjouir de l’existence de cette autre référence pour qui s’intéresse au français en Afrique, et qui, de l’avis du préfacier, pourrait être à la fois le point de départ d’un travail sur l’histoire du français d’Afrique et ouvrir une réflexion sur l’avenir de la langue française.

4Ce glossaire totalise un ensemble de 630 entrées lexicales qui couvrent largement les champs sémantiques de la flore et de la faune (le tiers des entrées) et qui font référence à des données éparses : phénomènes atmosphériques et météorologiques, textile, parures, administration coloniale, activités professionnelles, groupes sociaux, objets usuels, logement, religion musulmane, moyens de transport, pathologies, vestiges de la traite négrière.

5Dans ce lexique, on note de façon récurrente des emprunts de mots à plusieurs langues dont le wolof, qui fournit un relevé de 48 entrées, le portugais avec 25 entrées, l’arabe avec 22 entrées, le groupe mandingue-bambara-malinké avec 22 entrées et l’anglais avec 8 entrées.

6Quelques réserves toutefois à la lecture de cet ouvrage. L’intitulé se révèle quelque peu trompeur. Alors qu’on s’attend à retrouver uniquement dans le glossaire des termes en usage dans le langage courant, comme le laisse croire le participe passé « employés » du titre, qui induit un certain dynamisme, l’auteur souligne que certains mots de son ouvrage (205 selon nos dénombrements, ce qui représente près du tiers des entrées du glossaire) ne sont plus en usage. Par ailleurs, l’emploi des termes « Ouest africain » dans le titre nous semble quelque peu abusif, dans la mesure où les entrées lexicales retenues se rapportent beaucoup plus au Sénégal qu’aux autres colonies. Tout ceci, à notre sens, fausse le choix du titre. L’auteur a également souvent tendance à ramener l’origine de certains mots empruntés au wolof, alors qu’on les retrouve dans d’autres langues africaines. Il attribue à certains termes les origines mandingue, bambara, malinké, établissant du coup une différence entre des parlers que les linguistes considèrent comme variantes d’une langue unique désignée sous le vocable de mandenkan.

Haut de page

Pour citer

Koia Jean-Martial Kouamé, Glossaire des expressions et termes locaux employés dans l’Ouest africain
Le français à l'université , 17-01 | 2012
Mise en ligne le: 07 mars 2012, consulté le: 18 janvier 2019

Haut de page

Auteur

Koia Jean-Martial Kouamé

Université de Cocody-Abidjan (Côte d’Ivoire)

Du même auteur

Haut de page