Le français à luniversité

Morales langagières. Autour de propositions de recherche de Bernard Gardin

Léopold Mfouakouet

Référence de l'oeuvre:

Caitucoli, Claude et Régine Delamotte-Legrand (dir.), (2008), Morales langagières. Autour de propositions de recherche de Bernard Gardin, Publications des Universités de Rouen et du Havre, Mont-Saint-Aignan, 296 pages.

Texte intégral

Image1

1En proposant une sociolinguistique qui fait sienne une problématique foucaldienne transférée au langage et assumée sans besoin de justification « outre mesure » (p. 30), Bernard Gardin inspire un ouvrage sur les morales langagières qui engage plusieurs disciplines et qui suscite diverses questions. On reconnaît une part irréductible d’affectivité et de confiance aux pratiques langagières; nous voilà donc en plein dans le domaine de l’éthique du langage. En effet, le « soi » se surprend à se constituer sujet moral responsable de ce type de conduites; cela apparaît dans la politesse verbale, dans le « bien-dire »… Mais tout de suite surgissent des questions redoutables, par exemple : peut-on parler d’une conception éthique dans le cas du mensonge délibéré pratiqué en politique (cf. H. Arendt), qui a une histoire dont Derrida a écrit les prolégomènes? Idem pour l’écriture romanesque, où la fiction semble s’apparenter au mensonge. Par ailleurs, est-on vraiment « hors de l’éthique » (Gardin, ouvrage cité, p. 156) lorsqu’on utilise le langage pour chercher l’efficacité à des fins de manipulation, comme dans la provocation ? Ici, la distinction entre morale et éthique aurait pu être de quelque aide, mais aucune des contributions de l’ouvrage n’en tient compte. Reste que les propositions de Gardin offrent des outils conceptuels propices à une pratique pédagogique capable de faire mieux comprendre l’enfance (infans, celui qui ne parle pas encore), de prévenir le racisme, de prendre la mesure de l’engagement du chercheur dans le processus de l’objectivité. C’est ce qui manquait cruellement aux sciences linguistiques qui, en brandissant leur exemplarité devant les sciences dites humaines, se nourrissaient d’une sève structuraliste hostile sinon à tout « humanisme », du moins à toute intrusion de la subjectivité. Désormais, on reconnaît que le rapport à autrui structure toute constitution du soi éthique et que cette relation permet de relativiser le relativisme. Que le pluriel des morales langagières gardiniennes ne nous induise donc pas en erreur.

Haut de page

Pour citer

Léopold Mfouakouet, Morales langagières. Autour de propositions de recherche de Bernard Gardin
Le français à l'université , 14-04 | 2009
Mise en ligne le: 04 janvier 2012, consulté le: 18 mars 2019

Haut de page

Auteur

Léopold Mfouakouet

Université catholique dAfrique centrale / Institut catholique de Yaoundé (Cameroun)

Haut de page