Le français à luniversité

FILIPE : un outil de formation innovant pour poursuivre des études scientifiques dans les universités francophones

Léa Guitteny, Estelle Dutto, Valérie Mangin, Franck Meunier et Florence Michau

Texte intégral

1Depuis 2006, FILIPE prépare les étudiants internationaux des filières scientifiques et techniques à venir étudier dans les pays francophones.

FILIPE : pour quoi faire ?

2Les étudiants internationaux accueillis en nombre croissant dans les établissements d’enseignement supérieur scientifique francophones rencontrent communément des difficultés pour suivre les cours en français ou pour s’ajuster aux méthodes pédagogiques. La préparation linguistique et l’adaptation culturelle sont les deux objectifs pris en compte conjointement dès l’origine dans le projet FILIPE1, né en 2005 dans le but d’aider les étudiants étrangers de niveau licence à se préparer de manière efficace à poursuivre des études scientifiques dans un pays francophone. Cette formation peut se faire préalablement dans les universités d’origine ou commencer et se poursuivre dans les universités d’accueil. En promouvant l’apprentissage du français dans l’enseignement scientifique à l’étranger, FILIPE offre une solution de rechange au modèle d’apprentissage anglo-saxon et porte la voix de la multiculturalité et de la diversité des langues.

Un projet original dans son modèle pédagogique et dans son organisation

3FILIPE est un dispositif de formation évolué, qui s’appuie sur des ressources multimédias. Axé sur une exploitation pédagogique hybride, il alterne les séances de formation en autonomie avec les séances de cours et de tutorat individualisé. Les modules multimédias de FILIPE comportent des exposés oraux (sous forme de cours magistraux) et des exercices interactifs autocorrigés. Les 12 modules scientifiques offerts à ce jour abordent des domaines variés des sciences de l’ingénieur. Ainsi, ils peuvent intéresser tous les étudiants concernés, quelle que soit leur spécialité. Parmi les thématiques proposées, on note les probabilités, la gestion de projet, le développement durable et les enjeux de l’énergie, l’informatique d’usage, la qualité et la gestion de la production… Les exposés scientifiques, spécialement conçus pour les étudiants non francophones, visent la familiarisation de ceux-ci avec le vocabulaire essentiel des disciplines abordées et les formes récurrentes du français scientifique. Cette spécialisation leur permet de terminer une formation en français général de niveau A2/B12.

4Par ailleurs, deux modules interculturels visent à sensibiliser les étudiants aux différences sur les plans des pratiques de l’enseignement, de l’apprentissage et du travail de groupe, suivant les pays et les cultures.

5Les ressources numériques de FILIPE peuvent être consultées et téléchargées librement sur le site www.e-filipe.org.

6À la suite d’un appel d’offres de l’Université Numérique Ingénierie et Technologie (UNIT3), sept écoles d’ingénieur françaises4, qui délivrent avec leurs réseaux un quart des diplômes d’ingénieur en France, ont uni leurs forces pour lancer ce projet de grande envergure, également soutenu par la DREIC (Direction des relations européennes et internationales et de la coopération du ministère de l’Éducation nationale) et par la Région Rhône-Alpes.

7Si le projet FILIPE atteint aujourd’hui ses objectifs pédagogiques et techniques, c’est grâce à une collaboration peu commune entre des spécialistes des relations internationales, des experts des TICE5, des professeurs scientifiques et des professeurs de français langue étrangère (FLE). Ce consortium est formé d’une cinquantaine de personnes, qui sont intervenues dans leurs établissements respectifs. Le travail de coordination du collectif a permis d’éviter certains écueils, par exemple la valorisation de l’aspect multimédia au détriment de l’ingénierie pédagogique. Par ailleurs, grâce à cette méthode, chacune des écoles du consortium a pu s’engager de façon forte non seulement dans l’avancement du dispositif, mais aussi dans sa promotion et sa diffusion, aussi bien auprès des enseignants de français locaux qu’auprès des partenaires institutionnels (universités françaises et étrangères).

Des avantages pour les étudiants et pour leurs enseignants de français

8Les modules de FILIPE peuvent s’adapter à un usage en autonomie ou sommairement encadré. Ils sont donc utiles aux étudiants isolés possédant un bon niveau de français général. Cependant, ils sont d’abord destinés à être intégrés aux cours de français existants. Pour faciliter l’accompagnement pédagogique et l’appropriation du dispositif par les enseignants tuteurs, FILIPE met à la disposition de ces derniers un livret d’utilisation et diverses annexes (plans des modules, transcriptions des exposés, tests, corrigés, etc.). On peut également organiser une formation des enseignants sur demande. Enfin, aucune connaissance scientifique n’est requise pour l’enseignant de français désirant exploiter les modules de FILIPE avec ses étudiants.

Des résultats significatifs

9Le dispositif FILIPE a reçu un accueil très encourageant. En effet, le nombre de ses utilisateurs est en croissance continue : plus de 3 500 étudiants sont encadrés par des tuteurs dans le monde, et 820 particuliers et institutions originaires de 62 pays6 sont inscrits sur le site Internet. Les pays États initialement ciblés pour la diffusion de FILIPE sont les pays francophones accueillant des étudiants internationaux et les pays d’origine préparant leurs jeunes aux études scientifiques francophones (Chine, Vietnam, Inde, Brésil et Mexique). Toutefois, l’intérêt porté dernièrement au dispositif par le Pérou, le Liban ou encore les pays du Maghreb ouvre de nouvelles perspectives de déploiement.

10Les résultats des usages observés depuis 2005 auprès de plusieurs centaines d’étudiants étrangers montrent que FILIPE peut contribuer de manière significative à l’acquisition du français de spécialité par les étudiants non francophones de différentes nationalités. Les enquêtes menées auprès d’étudiants accueillis à l’Institut polytechnique de Grenoble et ayant suivi la formation FILIPE en 2009-2010 soulignent les éléments suivants :

  • l’apprentissage du vocabulaire spécifique et le renforcement du français général en contexte ;

  • les avantages du travail en autonomie (gestion du temps) ;

  • la préparation aux cours magistraux grâce aux écoutes répétées des exposés, à l’entrainement à la prise de notes et aux exercices de compréhension audio ;

  • la pertinence des modules, qui sont faciles à utiliser, et des ressources en ligne, qui offrent des compléments utiles.

11À titre d’illustration, voici un échantillon des témoignages recueillis7 :

12« J’ai appris beaucoup de lexique et termes scientifique en écoutant le cours. » (Rina, Singapour, niveau B2, module “Méthodes numériques”)

13« Les exercices sur le raisonnement et les mots liens m’ont aidé preciser un argument mathématique, et en plus, les notions etaient utiles pour raffiner un argument de n’importe quel type. En générale, je l’ai trouvé très utile pour apprendre la langue scientifique et la langue quotidienne. » (Anne, États-Unis, niveau B2, module “Méthodes numériques”)

14« Il y a beaucoup de ilustrations graphiques pour des exemples, toute la théorie est claire. Le module est bien organisé est divisé, il est facile de trouver des informations dont on a besoin. » (Agata, Pologne, niveau B2, module “Mathématiques – notions de base”)

15« Il y a quelque jours que j’ai commencé mes cours à l’Ensimag et je peux apercevoir que les modules de français scientifique m’aider à comprendre. » (Simon, Suède, niveau B1, module “Probabilités : modélisation et outils”)

Perspectives

16Deux modèles de développement des services offerts par FILIPE sont actuellement à l’étude :

  • l’un se rapporte au transfert d’ingénierie de formation e-learning auprès de groupes industriels internationaux sur les thématiques croisant adaptation linguistique, interculturalité et compétences métier ;

  • l’autre consiste à proposer un ensemble de prestations aux universités francophones désireuses d’améliorer l’accueil des étudiants étrangers.

17L’équipe en charge du projet continuera également à soutenir la diffusion de FILIPE auprès des universités étrangères non francophones partenaires, en poursuivant son effort de formation des professeurs-tuteurs sur site. Cet accompagnement est déterminant pour faciliter la prise en main du dispositif FILIPE et pour encourager les enseignants de français à faire évoluer leurs pratiques pédagogiques.

18Pour en savoir plus : www.e-filipe.org
Courriel : contact@e-filipe.org

Haut de page

Notes

1 FILIPE : French Intercultural and Linguistic Program for Engineering - http://www.e-filipe.org.

2 Selon le Cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL).

3 UNIT : « L’Université Numérique Ingénierie et Technologie est une des universités numériques thématiques nationales (UNT) créées à l’initiative de la SDTICE, sous-direction des technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement, dépendant à la fois du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du ministère de l’Éducation nationale. » http://www.unit.eu/site_institutionnel

4 Grenoble INP, INP Toulouse, Université de Technologie de Compiègne, Université de Technologie de Troyes, Groupe des Écoles des Mines, INSA de Lyon, Institut National des Sciences et Techniques Nucléaires.

5 Technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement.

6 Chiffres de juillet 2010.

7 Aucune correction linguistique n’a été apportée à ces propos authentiques.

Haut de page

Pour citer

Léa Guitteny, Estelle Dutto, Valérie Mangin, Franck Meunier et Florence Michau, FILIPE : un outil de formation innovant pour poursuivre des études scientifiques dans les universités francophones
Le français à l'université , 15-03 | 2010
Mise en ligne le: 09 novembre 2011, consulté le: 13 décembre 2017

Haut de page