Le français à luniversité

Jean-Joseph Rabearivelo. Œuvres complètes - Tome I

Martine Mathieu-Job

Référence de l'oeuvre:

Meitinger, Serge, Liliane Ramarosoa et Claire Riffard (dir.), (2010), Jean-Joseph Rabearivelo. Œuvres complètes - Tome I Le diariste (Les calepins bleus) - L’épistolier - Le moraliste, CNRS Éditions, coll. « Planète libre », Paris, 1274 pages.

Texte intégral

Image1

1Dans la collection « Planète libre », soutenue par l’AUF, et dans une heureuse coédition CNRS-ITEM et Présence Africaine, vient de paraître le premier tome des Œuvres complètes de Jean-Joseph Rabearivelo. Ce volume rassemble des textes inédits illustrant des facettes jusque-là bien peu éclairées du grand écrivain malgache : celles d’un Rabearivelo diariste, épistolier ou moraliste, pour reprendre la triade énoncée dans le sous-titre. L’axe directeur du regroupement est celui de l’écriture personnelle incluant aussi bien le journal, dont on attendait depuis longtemps la divulgation, que divers textes fragmentaires et originaux.

2La majeure partie (un millier de pages) de l’ouvrage est dévolue à la reproduction des Calepins bleus, où l’écrivain consignait ses notes au jour le jour, jusqu’à l’heure de son dernier souffle. S’il avait brûlé les cahiers antérieurs à janvier 1933, à partir de cette date, il balaie cette tentation d’autodestruction. D’où le caractère fascinant de ce texte hybride et multiforme qu’il laisse à la postérité : chronique d’une socialité coloniale insulaire dans laquelle il joue bon gré mal gré son rôle ; propos intime où l’homme se révèle sans fard dans son orgueil, son égoïsme, ses élans et ses doutes ; mais surtout – Serge Meitinger pointe ce trait dans sa belle introduction –, autoportrait d’un être qui vit essentiellement par le prisme de la littérature. Ses réactions critiques ou affectives de lecteur insatiable, ses affres de créateur tour à tour prolifique et exsangue, ses questionnements sur les nuances de chaque langue balisent un espace de références littéraires vertigineux. Le plus étonnant, c’est sa volonté d’édification d’un mythe personnel à l’image de celui d’Antée et sa propension à relire des événements personnels à l’aune de faits similaires vécus par des écrivains admirés. L’univers de la littérature tend sans cesse à supplanter le monde effectif.

3De sa foisonnante production épistolaire, les éditeurs présentent un échantillon révélateur d’une personnalité singulière : soif de relations littéraires par-delà les frontières dans ses adresses à divers écrivains ou directeurs de revues ; expression d’opinions politiques complexes alliant les aspirations libertaires aux tendances conservatrices ; détermination impressionnante et émouvante dans ses missives testamentaires. La palette des destinataires (du gouverneur général aux amis et parents proches) et les sujets mis au jour ouvrent notre lecture au large spectre des préoccupations de l’écrivain, d’autant plus que sont présentées aussi (dans une traduction de Liliane Ramarosoa) des lettres écrites en malgache.

4Les autres inédits (petit texte narratif oscillant entre le conte et la confession autobiographique, écrits aphoristiques livrant les éléments d’une morale paradoxale, pièces d’une facture poétique innovante où la segmentation syntaxique donne le sentiment d’appréhender une scansion, un souffle, une voix) complètent le portrait d’un écrivain hanté par la mort et le nihilisme, mais sûr de vivre pleinement l’éternité de sa création.

5Cette publication, qui répond à toutes les exigences des meilleures éditions critiques (introductions, notes explicatives et génétiques, biographie, dictionnaire et index), comble nos attentes. S. Meitinger, L. Ramarosoa et C. Riffard ont remarquablement contribué à l’établissement du texte en s’assurant les compétences d’une solide équipe de collaborateurs.

Haut de page

Pour citer

Martine Mathieu-Job, Jean-Joseph Rabearivelo. Œuvres complètes - Tome I
Le français à l'université , 16-01 | 2011
Mise en ligne le: 31 janvier 2012, consulté le: 23 août 2019

Haut de page

Auteur

Martine Mathieu-Job

Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3 (France)

Haut de page