Le français à luniversité

Retour sur le congrès mondial de la FIPF à Liège

Texte intégral

1Le 14e congrès de la Fédération internationale des professeurs de français (FIPF) a réuni près de 1 500 professeurs à Liège, cité francophone et capitale économique de la Wallonie, du 14 au 21 juillet 2016. Quatre ans après Durban et huit après Québec, le congrès mondial de la FIPF s’est déroulé sur le thème « Français, langue ardente », slogan qui évoque la « cité ardente », surnom de la ville de Liège, mais qui souligne également la passion qui habite les professeurs et les enseignants de français, réunis durant une semaine pour échanger leurs expériences et leurs idées.

2Le programme, très riche, proposait aux congressistes, venus de plus d’une centaine de pays, des dizaines d’activités, de formations, de tables rondes et de grandes conférences déclinées en 9 symposiums et totalisant plus de 500 communicants :
1 — Le français pour les jeunes, le français par les jeunes
2 — L’enseignement du français entre tradition et innovation
3 — Le français langue des sciences et langue de scolarisation
4 — Le français à l’ère du numérique
5 — Le français pour et par la diversité et l’éducation plurilingue et interculturelle
6 — Le français pour et par le plaisir, l’esthétique et l’épanouissement personnel
7 — Le français pour et par le lien social : cohésion et convivialité
8 — Le français pour et par une classe active et ouverte
9 — Le français pour et par un enseignant performant

3Un programme culturel complétait le programme scientifique.

4À l’issue du congrès, les participants ont adopté des résolutions qui seront adressées aux autorités compétentes nationales et internationales en matière d’éducation et de politique linguistique. Les professeurs de français du monde entier rappellent que l’enseignement du français est un « vecteur d’émancipation et de développement » et que l’« une des conditions de l’amélioration des résultats de l’apprentissage du français, comme langue de scolarisation, seconde ou étrangère, est la collaboration des décideurs des politiques scolaire et linguistique ».

5Les résolutions portent notamment sur l’importance de former des enseignants de français pour contrer la pénurie estimée en 2020 à 180 000 enseignants, essentiellement en Afrique, sur l’enseignement du français en contexte de migration, sur la modernisation de l’orthographe et l’emploi généralisé des rectifications orthographiques de 1990, sur la révision des contenus d’enseignement en couvrant une plus large gamme de genres discursifs, sur la formation aux technologies numériques et éducatives, sur l’intégration de pratiques comme l’intercompréhension ou l’éveil aux langues ou sur la promotion d’une éducation plurilingue et interculturelle.

6La publication des actes du congrès est prévue, à la fois en ligne et dans une version imprimée.

7Lien vers le document de présentation des résolutions :
http://www.abpf.be/wp-content/uploads/2016/09/R%C3%A9solutions.pdf

8Lien vers la vidéo du congrès :
https://www.youtube.com/watch?v=vK3Pvv_Ehj8

9Le congrès, en images et en musique :
https://www.youtube.com/watch?v=f0A2xzbYhhE

10Les rendez-vous de l’AUF au 14e congrès mondial de la FIPF
Dans le cadre des conférences semi-plénières du congrès, le recteur de l’AUF, le Professeur Jean-Paul de Gaudemar, a présenté les orientations et la stratégie de l’Agence pour aider ses membres à relever les défis actuels de l’enseignement supérieur tels que l’amélioration de la qualité de l’enseignement, le renforcement de l’employabilité des diplômés et le positionnement des universités comme moteurs du développement. Les projets de l’AUF concernant les départements de français et sections de français dans les centres universitaires de langues vivantes ont aussi été évoqués lors de cette conférence intitulée « Soutenir l’enseignement supérieur francophone : les orientations et stratégies de l’Agence universitaire de la Francophonie ».

Deux tables rondes ont également été organisées. La première table ronde, « l’Université en contexte plurilingue », portait sur la place de la langue française dans la recherche et dans les universités des pays non francophones ou des pays où l’enseignement secondaire est fait dans une autre langue que le français. Les intervenants ont notamment présenté les résultats et les recommandations d’un colloque de novembre 2015 portant sur cette thématique : « l’Université en contexte plurilingue dans la dynamique du numérique». Les interventions ont concerné l’enseignement du français et l’enseignement en français en milieu plurilingue, ainsi que la place de la langue française dans les échanges et la production scientifique mondiale. La lumière a été faite sur la place du français dans les universités du Maghreb, avec une présentation des résultats d’une étude menée au Maroc, en Tunisie et en Algérie à la demande de l’AUF.

11La seconde table ronde, organisée en partenariat avec l’Institut français, portait sur l’autoévaluation et l’expertise des départements de français et des centres universitaires de langues vivantes. À partir des résultats des expertises menées pour le programme « Dialogue d’expertise », les principes généraux de l’autoévaluation et de l’expertise ont été abordés, de même que la question de la diversification de l’offre de formation et de l’expertise des formations en traduction. Cette table ronde a également été l’occasion de présenter le Guide de l’expertise des formations de français, coordonné par Jean-Claude Beacco. Ce nouvel ouvrage, publié aux Éditions des archives contemporaines, est l’un des résultats du projet « Dialogue d’expertise ».

12Rappelons aussi que plusieurs milliers d’ouvrages en linguistique, en études littéraires, en didactique, en histoire, en traduction, etc., publiés avec le soutien de l’AUF, ont été offerts gracieusement aux congressistes.

Haut de page

Pour citer

Retour sur le congrès mondial de la FIPF à Liège
Le français à l'université , 21-03 | 2016
Mise en ligne le: 22 septembre 2016, consulté le: 16 juin 2019

Haut de page