Le français à luniversité

Cartographie des formations francophones de l’AUF : un projet au service des universités

Jean-Dominique Assié

Texte intégral

Image1

1Un projet au service de la vie associative
À la demande de ses établissements membres relayée par son Conseil associatif, l’Agence met en place la cartographie des activités de formation et de recherche de l’ensemble de ses établissements membres. L’objectif du projet est de constituer un répertoire global et homogène des activités de formation et de recherche de l’ensemble des établissements membres de l’AUF pour :
promouvoir, grâce à une visibilité locale, régionale et mondiale, les activités que les établissements membres de l’Agence mènent auprès de publics prioritaires — étudiants, enseignants, chercheurs ;
favoriser la recherche de partenariats et la mise en place de projets universitaires et scientifiques internationaux structurants.

2Dans un premier temps, un dispositif de collecte et d’actualisation des données a été développé. Il concerne les formations à partir du niveau master ou équivalent dispensées en français ou partiellement en français au sein des établissements membres de l’AUF. Les activités de recherche des établissements membres feront l’objet d’une phase ultérieure de développement, en se basant sur l’expérience acquise avec le répertoire des formations.

3Le portail www.cartographie.auf.org a été lancé officiellement à l’Assemblée générale de l’AUF à São Paulo en mai dernier et présente près de 3 000 formations francophones dans 194 disciplines, dispensées par 243 établissements dans 49 pays1.

4La première phase de collecte dans les pays du Sud a été menée grâce à la forte implication des établissements membres et des équipes des bureaux régionaux. Elle a permis le lancement du site. Les priorités sont actuellement l’amélioration de la visibilité du projet en parallèle avec le développement de fonctionnalités complémentaires du portail, ainsi que l’intégration des formations des pays du Nord afin d’aboutir à un répertoire complet et incontournable.

5Un outil pour les membres et grâce aux membres
Il s’agit d’un outil collaboratif, au service de tous les membres de l’Agence et vivant grâce à eux. Les principales caractéristiques voulues pour cet outil sont la fiabilité et l’actualité des données. Fiables, parce qu’elles proviennent directement de l’établissement qui dispense les formations, et actuelles du fait d’une mise à jour annuelle. Pour y arriver, un mode opératoire de collecte et d’actualisation impliquant un large réseau de référents au sein des établissements a été mis en place. Au sein de chaque université, une ou plusieurs personnes désignées (référents) sont chargées de renseigner et de valider les descriptions des formations. Au sein de l’Agence, des équipes régionales (éditeurs) assurent le contact avec les référents et le suivi des fiches renseignées. C’est notamment ce réseau de référents et d’éditeurs qui constitue la clé de voûte et la richesse du projet.

6C’est également un outil d’information : les fiches en ligne permettent d’identifier les formations francophones proposées avec des informations concernant le diplôme délivré, la discipline, les établissements impliqués et l’organisation de la formation. Le lien vers le site Web de la formation ou à défaut celui de l’université ainsi que le contact des responsables du programme sont systématiquement proposés pour obtenir plus d’information ou procéder à une inscription.

7La cartographie des formations constitue également un outil décisionnel qui, en fournissant des informations sur les activités des établissements membres partout dans le monde, facilite la prise de décision et l’étude de la faisabilité d’un projet universitaire.

8Un service pour les étudiants, les enseignants-chercheurs, les responsables d’établissement, mais aussi pour l’AUF
Un étudiant qui souhaite améliorer ses compétences, par exemple dans le domaine de la traduction, pourra désormais identifier la spécialité qui lui convient le mieux parmi les soixante et une formations du domaine de la traduction-interprétariat, présentées actuellement dans le portail, dispensées par 36 universités dans 18 pays sur 4 continents. Il pourra alors prendre contact directement avec les établissements ainsi identifiés pour obtenir plus d’information ou pour s’inscrire.

9De même, ce site est utile pour les enseignants-chercheurs souhaitant initier un partenariat ou mettre en place une nouvelle formation — il permet d’identifier et d’établir un contact avec des établissements et des collègues travaillant dans le même domaine. Par exemple, une équipe qui souhaite mettre sur pied un master en didactique du français langue étrangère pourra connaître en quelques instants les formations déjà proposées dans sa région ou ailleurs dans le monde. Cette démarche est donc utile pour évaluer la faisabilité d’un projet, identifier les partenaires avec lesquels elle serait susceptible de collaborer ou bien mettre en place une coopération scientifique.

10L’information concernant les formations dispensées par les universités dans le monde entier facilite la prise de décision et l’amélioration de la gouvernance d’une université par les responsables d’établissement. Par exemple, le portail pourrait fournir des informations précieuses sur la façon dont d’autres établissements ont mis en place des formations dans un domaine prioritaire, pour connaître les formations de haut niveau dans une discipline donnée ou pour comparer la durée minimale des études supérieures dans différents pays, etc.

11Enfin, le portail est utile pour les bureaux régionaux de l’AUF et les instances régionales pour l’élaboration de la stratégie régionale et l’évaluation des projets réalisés.

12Pour en savoir plus :
Portail « Cartographie » : http://cartographie.auf.org
Contact : info-cartographie@auf.org

Haut de page

Notes

1 Données en date du 20 septembre 2013.

Haut de page

Pour citer

Jean-Dominique Assié, Cartographie des formations francophones de l’AUF : un projet au service des universités
Le français à l'université , 18-03 | 2013
Mise en ligne le: 23 septembre 2013, consulté le: 25 mars 2019

Haut de page