Le français à luniversité

Diversité didactique des langues romanes

Mariana Fonseca

Référence de l'oeuvre:

Djordjevic, Ksenija, Gisèle Pierra et Éléonore Yasri-Labrique (dir.), (2011), Diversité didactique des langues romanes, coll. « Latinus », vol. 1, Cladole, Montpellier, 239 pages.

Texte intégral

Image1

1Premier ouvrage de la collection Latinus consacré à la didactique des langues, ce recueil rassemble les actes des rencontres scientifiques du réseau homonyme,qui ont eu lieu en juin 2010 à l’Université de Montpellier 3, dédiées à « L’enseignement/apprentissage des langues romanes en tant que langues étrangères ».

2Si la publication des recherches réalisées au sein du groupe interuniversitaire suscite un dynamisme tout à fait souhaitable autour d’un thème en plein essor, l’hétérogénéité des sujets et des courants méthodologiques présentés constitue à la fois la force et la faiblesse du volume, faisant état de l’éclectisme didactique que l’on observe actuellement dans le domaine, comme le titre du recueil le laisse déjà entendre.

3Structuré en deux parties inégalement distribuées, Langues romanes : considérations théoriques en contexte (comportant 3 chapitres et un total de 18 articles) et Sur le terrain : enquêtes et propositions pédagogiques (regroupant seulement 4 textes), cet ouvrage nous livre un aperçu des travaux effectués par des chercheurs issus des universités de Montpellier 1 et 3 (largement majoritaires), Liège, Ottawa, Sherbrooke et Trento, autour d’une problématique aussi vaste que passionnante et nous invite ainsi à approfondir les thèmes abordés à notre gré.

4Le premier chapitre intitulé Enjeux linguistiques, culturels et didactiques s’ouvre par un texte qui cadre l’objet d’étude du recueil, en dressant un rapide portrait des langues romanes et en insistant sur l’importance des « petites langues » dans une didactique de la diversité. De la didactique, il sera également question dans les autres contributions de cette partie, même si elles l’abordent à des niveaux différents : on y passe ainsi de considérations théoriques et pédagogiques sur deux approches plurielles — l’intercompréhension et l’interculturel — à la présentation de démarches originales qui proposent d’intégrer le théâtre, l’humour ou encore l’histoire de la langue à l’enseignement des langues étrangères.

5Une place d’honneur est accordée au FLE, présenté dans le deuxième chapitre comme uneapproche multifocale. Les points de vue analysés sont ceux du temps (XVIIIe siècle, époque contemporaine), de l’espace (Pays-Bas, Italie, France, Ontario) et des publics cibles (différentes origines et objectifs d’apprentissage). Plusieurs contributions mettent en avant la nécessité d’une réflexion de fond sur la place de la culture au sens large — celle(s) que l’on souhaite transmettre, mais aussi celles présentes dans les rapports interculturels au sein de la classe — dans l’enseignement des langues, question dont on ne peut plus se passer dans la formation des futurs enseignants.

6Les autres langues romanes sont présentées au troisième chapitre, lequel comporte des réflexions sociolinguistiques et didactiques sur l’enseignement de l’italien et de l’occitan en France, ainsi que deux études qui s’intéressent à l’interférence du français (L1) dans l’apprentissage de l’espagnol et du portugais brésilien (L2).

7Enfin, les textes de la dernière section sont majoritairement centrés sur les TICE. En partant d’expériences concrètes, cette question (qui avait déjà fait l’objet d’un article de la partie précédente) est abordée sous les angles pédagogique et technique, qui ne font qu’esquisser les nouveaux enjeux théoriques et méthodologiques qu’elle suscite pour l’enseignement des langues.

8À la fin de ce riche parcours, nous ne pouvons que souhaiter le développement des réflexions collectives du réseau Latinus, que nous espérons de plus en plus ouvertes sur les « petites langues », tout comme sur des aspects didactiques transversaux, afin que la didactique des langues romanes soit envisagée dans une perspective de plus en plus plurilingue.

Haut de page

Pour citer

Mariana Fonseca, Diversité didactique des langues romanes
Le français à l'université , 18-01 | 2013
Mise en ligne le: 18 mars 2013, consulté le: 18 janvier 2019

Haut de page

Auteur

Mariana Fonseca

Université de Genève (Suisse)

Du même auteur

Haut de page