Le français à luniversité

Universités francophones et diversité linguistique

Céline Peigné

Référence de l'oeuvre:

Bitjaa Kody, Zachée Denis (dir.), (2010), Universités francophones et diversité linguistique, L’Harmattan, Paris, Cameroun, 369 pages.

Texte intégral

Image1

1Cet ouvrage au sujet de la diversité des pratiques linguistiques au sein d’universités (de pays) francophones reprend vingt-trois communications du colloque international de juin 2008 à Yaoundé.

2Dans le cas des universités « du Nord », il semble que les sciences de la société résistent à l’anglicisation constatée dans d’autres domaines (Thériault, Laroussi), sachant qu’une distinction entre usages et locuteurs permet (pour Labrie, Lamoureux et Wilson en contexte franco-ontarien) de souligner le fait que l’existence d’études en français ne signifie pas nécessairement un meilleur accès des francophones aux études.

3Les contributions traitant d’universités « du Sud » marquent, quant à elles, l’intérêt d’y réfléchir des politiques tenant compte de la diversité linguistique (Sanogo, Chumbow, Bitjaa Kody, Abdoulwahabi, Tadadjeu, Bolekia Boleká). Illustrées par une série d’études sur le continent africain (en contextes algérien [Rispail], congolais [Massoumou], guinéen [Diallo], sénégalais [Daff] ainsi que camerounais [Noumssi et Eloundou Eloundou]), ces réflexions débouchent sur la formulation de propositions pédagogiques pour un aménagement de la diversité linguistique et culturelle (Sawadogo et Legros, Assoumou, Nseme). La question du maintien de cette diversité dans les pratiques francophones et dans la  francophonie est quant à elle envisagée sous l’angle de la pluralité (Queffélec, Biloa et Abdou, Wamba, Soundjock Soundjock, Mendo Ze). L’ouvrage se clôt sur la synthèse d’une table ronde, traitant de manière critique les notions de « mondialisation », « langues internationales » et « langues universitaires » (Noyau).

4Cette publication soulève fort justement la question de la production et de la diffusion de la recherche à l’échelle mondiale, en y interrogeant la place du français ainsi que son rôle dans la préservation de la diversité linguistique et culturelle en f/Francophonie, encore soulevée par peu de contextes francophones « du Nord ». Ces interrogations très actuelles dépassent le cadre des contextes universitaires faisant officiellement partie de la Francophonie pour s’étendre à d’autres, comme l’Afrique du Sud, notamment confrontée à la diversité des pratiques francophones.

Haut de page

Pour citer

Céline Peigné, Universités francophones et diversité linguistique
Le français à l'université , 17-01 | 2012
Mise en ligne le: 13 mars 2012, consulté le: 18 janvier 2019

Haut de page

Auteur

Céline Peigné

Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (France)

Haut de page