Le français à luniversité

L’interculturel. Découverte de soi-même et de l’autre

Marie-Ange Dat

Référence de l'oeuvre:

Sales Chianca, Rosalina Maria, (2007), L’interculturel. Découverte de soi-même et de l’autre, Idéia, João Pessoa (Brésil), 226 pages.

Texte intégral

Image1

1Rosalina Maria Sales Chianca présente dans son ouvrage les résultats d’une étude écrite pour sa thèse de doctorat, soutenue à Besançon en 1996. Mené 15 ans auparavant au Brésil, son pays d’origine, son travail a pour objectif premier la formalisation a posteriori d’une pédagogie de l’interculturel qui repose sur l’apprenant dans sa globalité, lorsque celui-ci s’engage dans l’apprentissage d’une langue étrangère, le français en l’occurence. Dans ce contexte, l’auteure développe sa conception de l’éducation interculturelle, quand lors d’un cours de langue émergent des échanges culturels entre les apprenants issus d’une même zone géolinguistique et d’un contexte socio-économique défavorisé. Cette éducation assurerait le développement de leur socialisation et de leur personnalité, relativiserait leur identité tout en leur permettant de prendre conscience de celle-ci et de la revendiquer. Il s’agit alors non seulement de parler, d’interagir en langue étrangère, mais aussi et surtout d’apprendre à se connaître et à connaître les autres, d’apprendre à mieux percevoir ses partenaires linguistiques pour mieux communiquer, pour dépasser ses difficultés immédiates de socialisation et aller ainsi vers les apprentissages.

2Dans le travail de Rosalina Maria Sales Chianca, la pédagogie, en tant que lien psycho-affectif tout d’abord et cadre conceptuel ensuite, dépasse et devance largement la didactique, en donnant des résultats notables, si l’on en croit les témoignages des apprenants qui, 15 ans après avoir suivi leurs cours, gardent une trace prégnante des changements opérés en eux. Cette démarche permet de passer de l’enseignement d’une langue étrangère à l’idée d’enseignement-éducation par une langue étrangère et par la langue première, largement utilisée dans ces cours de langue. Cette approche semble particulièrement pertinente dans le contexte social décrit par Rosalina Maria Sales Chianca. De ce point de vue, son travail représente une avancée pour tout enseignant soucieux d’élargir son travail sur la langue-culture. D’autres questions demeurent, comme le précise l’auteure elle-même, notamment sur les apprentissages langagiers qu’une classe de langue étrangère est en droit d’attendre et qu’il serait souhaitable de pouvoir évaluer pour développer cette approche dans d’autres contextes.

Haut de page

Pour citer

Marie-Ange Dat, L’interculturel. Découverte de soi-même et de l’autre
Le français à l'université , 13-04 | 2008
Mise en ligne le: 03 février 2012, consulté le: 17 juin 2019

Haut de page

Auteur

Marie-Ange Dat

Université de Nantes (France)

Haut de page