Le français à luniversité

L’engagement au féminin

Karen Ferreira-Meyers

Référence de l'oeuvre:

(2009), L’engagement au féminin, Cultures Sud, janvier-mars, no 172, CulturesFrance, Paris, 189 pages.

Texte intégral

Image1

1La dernière parution de Cultures Sud offre au lecteur deux univers féminins peu décrits : ceux de la création et de l’engagement. Outre des entretiens et des présentations de cheminements littéraires et artistiques, l’ouvrage inclut des articles de chercheurs renommés (Odile Cazenave, Tanella Boni et Béatrice Rangira Gallimore) introduisant des thèmes variés tels la stratégie orale des témoignages de femmes, l’exil au féminin, l’engagement philosophique et l’écriture d’essais. La contribution des femmes au cinéma, à l’art plastique et à la musique trouve sa place aux côtés de trois inédits, le merveilleux Tissu des rêves, d’Ananda Devi, le déroutant Art majeur, de Yama Sanchez, et Dounya (« le monde », en arabe), de Mame Diarra Diop.

2Dans 40 ans d’écriture au féminin, Cazenave parle d’abord des pionnières, Mariama Bâ, Aminata Sow Fall, Nafissatou Diallo et Awa Thiam. Par l’intermédiaire de leur travail d’auteures ou de sociologues, ces dernières écrivent pour « rompre le silence », s’écrivent pour « inscrire les femmes et, à travers elles, inscrire leur communauté » (p. 11). En se questionnant sur la structure polygamique de la société, les infidélités conjugales, la maternité et la carrière, ces auteures ont ouvert le chemin vers de nouvelles directions: « témoigner, écrire contre l’oubli, interroger l’histoire et lui restituer sa vérité » (p. 13). La résistance par la parole ainsi que les témoignages sur les souffrances individuelles pour en faire une voix collective sont les points focaux de l’article de Gallimore, alors que Boni analyse la place des femmes philosophes africaines dans la société d’aujourd’hui. Pour celles qui combinent la philosophie avec la littérature dans leur vie professionnelle, les connaissances se conjuguent avec le savoir. C’est d’ailleurs le cas de « tout artiste », qui est inévitablement « embarqué dans la galère de son temps » (Camus, ouvrage cité, p. 32). Le lecteur regrettera les quelques coquilles qui subsistent surtout au début de l’ouvrage, mais la richesse des renseignements, des points de vue et des apports culturels de cette publication soignée sera fortement appréciée d’un public varié.

Haut de page

Pour citer

Karen Ferreira-Meyers, L’engagement au féminin
Le français à l'université , 14-04 | 2009
Mise en ligne le: 20 janvier 2012, consulté le: 15 septembre 2019

Haut de page

Auteur

Karen Ferreira-Meyers

University of Swaziland (Swaziland)

Du même auteur

Haut de page