Le français à luniversité

Les verbes modaux en français

Poul Søren Kjærsgaard

Référence de l'oeuvre:

Chu, Xiaoquan, (2008), Les verbes modaux en français, coll. « L’essentiel français », Éditions Ophrys, Paris, 168 pages.

Texte intégral

Image1

1Un auteur rédigeant une synthèse sur un sujet comme les verbes modaux doit faire un choix fondamental : soit il parcourt la littérature en produisant un assemblage disparate, parfois difficile à lire, soit il bâtit une synthèse nouvelle combinant ses propres observations avec la littérature. L’auteur des Verbes modaux du français opte pour ce second membre de l’alternative, et il le fait avec brio. Xiaoquan Chu réussit en effet le tour de force de présenter une synthèse s’appuyant non seulement sur la logique et la sémantique, comme il est d’usage, mais aussi sur ce qui est plus concret, la syntaxe. Ce faisant, il parvient à montrer combien syntaxe et sémantique sont isomorphes (p. 22).

2Les verbes modaux n’imposent aucune contrainte syntaxique sur leur environnement et se combinent avec tous les verbes. Le pendant sémantique de cette caractéristique est l’absence de rôle thématique. Exprimant des renseignements sur la façon dont le sujet parlant perçoit le monde, les verbes modaux se superposent aux autres verbes. L’auteur en définit 13 (p. 41), dont les anciens(devoir, pouvoir) et quelques modernes (aller, cesser de, commencer à, continuer à, paraître, sembler). L’important n’est pas le résultat, qui reste évidemment sujet à discussion, mais les critères précis de la mise en œuvre. Sur le plan de la syntaxe, M. Chu combine la valence avec des études combinatoires, produisant des connaissances nouvelles. Sur le plan sémantique, il parvient à exposer, à partir de leur sens de base et à l’aide d’un schéma bidimensionnel dont les deux axes (réalis-irréalis et objectif-subjectif) forment des continuums, les différentes acceptions des modaux (p. 87-90).

3Éloge et blâme vont de pair. Ainsi, la lecture est gâchée par des fautes d’orthographe et d’accord, ce qui étonne pour un ouvrage paru en France. On remarque aussi des raisonnements douteux, comme la pronominalisation de il court acheter le journal, qui devient il y court/où court-il ? Ces écarts n’enlèvent cependant rien à l’impression d’une synthèse se dégageant d’un dédale. L’ouvrage est recommandé à ceux qui désirent mieux comprendre les verbes modaux français.

Haut de page

Pour citer

Poul Søren Kjærsgaard, Les verbes modaux en français
Le français à l'université , 15-02 | 2010
Mise en ligne le: 17 juin 2013, consulté le: 10 décembre 2018

Haut de page

Auteur

Poul Søren Kjærsgaard

Syddansk Universitet (Danemark)

Du même auteur

Haut de page