Le français à luniversité

Recherches sur l’acquisition et l’enseignement des langues étrangères : nouvelles perspectives

Anne Aubry

Référence de l'oeuvre:

Laurens, Véronique et Daniel Véronique (coord.), (2017), « Recherches sur l’acquisition et l’enseignement des langues étrangères : nouvelles perspectives », Recherches et applications, numéro 61, janvier 2017, Clé international.

Texte intégral

1Ce numéro de Recherches et applications fait le point sur la question de l’acquisition et de l’enseignement des langues étrangères pour la première fois depuis 1990. Or, cette longue période a été particulièrement fructueuse en débats, en remises en cause, en avancées et discussions autour de cet aspect. Dans la présentation du recueil, Daniel Véronique rappelle que les travaux psycholinguistiques et sociolinguistiques qui se regroupent sous le terme générique de « recherches sur l’acquisition des langues étrangères » (RAL) se penchent sur le « processus cognitif et social par lequel un apprenant […] perçoit, analyse, mémorise et réemploie des segments de l’idiome cible. Le terme couvrant d’appropriation linguistique subsume ceux d’apprentissage et d’acquisition […]. » Désormais, celui qui est au premier plan de l’observation est l’apprenant-acteur social et ses activités cognitives.

2Le recueil Recherches sur l’acquisition et l’enseignement des langues étrangères : nouvelles perspectives se structure en trois grandes parties, chacune d’entre elles présentant de trois à quatre contributions. La première partie s’intitule « Des notions : implications en didactique des langues étrangères » et aborde dès le premier article (Marie-Ève Michot, Bastien De Clerq et Michel Pierrard) la notion de complexité, aussi bien dans l’appropriation linguistique que dans l’organisation de l’enseignement de la grammaire en L2. Catherine Felce, dans le deuxième article, portant sur l’acquisition de l’allemand langue étrangère, se penche sur l’acquisition de l’ordre des mots en allemand et montre que les RAL ouvrent des pistes pour l’élaboration d’activités se fondant sur d’autres notions que celles de la grammaire traditionnelle. La troisième contribution, de M. Watorek et al., porte sur la relation entre le type d’enseignement mis en place et les résultats obtenus du point de vue de l’enseignement du polonais langue étrangère, en observant particulièrement les données obtenues dans le cadre de tâches expérimentales auprès d’apprenants francophones. Les résultats de cette étude montrent que les deux types d’enseignements auxquels les apprenants ont été exposés ne sont pas déterminants pour leurs jugements de grammaticalité et leurs productions, au début du processus. Enfin, le dernier article, de Jonas Granfeldt et de Malin Agren, évalue la possibilité de construire une évaluation formative de FLE en s’appuyant sur les itinéraires d’acquisition à partir de leur recherche avec des apprenants suédois de FLE. En choisissant de croiser les RAL et la didactique des langues étrangères, les auteurs montrent que leur recherche s’inscrivant dans les RAL engage autant l’activité des enseignants que celle des institutions éducatives.

3La deuxième partie du recueil s’intitule « repenser l’enseignement et l’apprentissage d’une langue étrangère ». Le premier article, de Violaine Bigot, Malory Leclère et Marcia Romero, étudie les échanges qui s’établissent dans un cours d’histoire pour élèves allophones au collège en s’interrogeant sur les rapports entre le contenu disciplinaire et le contenu linguistique. Dans la deuxième contribution, Véronique Laurens étudie un travail de compréhension orale de FLE pour adultes et montre de quelle manière les interventions de l’enseignant peuvent nourrir ou freiner la compréhension des apprenants, en insistant sur l’intérêt pour les enseignants d’être attentifs aux signes de saisie des apprenants. Dans le dernier article, Gabriele Pallotti montre, à partir d’un projet à grande échelle dans plusieurs écoles primaires de Reggio Emilia en Italie, que la notion d’interlangue est un outil efficace dans l’élaboration de programmes d’enseignement pour les langues premières et secondes dans la mesure où elle sensibilise les formateurs à la langue des élèves, aussi bien celle des natifs que celle des non-natifs.  

4La troisième partie du recueil s’intitule « Une didactique de la pluralité des langues » et s’ouvre avec la première contribution, de Pascale Trévisiol-Okumara et de Martine Marquilló-Larruy, s’interrogeant sur les pratiques plurilingues s’inscrivant dans les classes de langue en face à face ou en ligne. À partir des analyses conversationnelles, les auteures s’interrogent sur la formation des formateurs de langue en langue étrangère. Il ressort de leur observation que l’anglais se présente comme une langue-pont dans la construction conjointe du sens dans la communication exolingue. Le deuxième article, de Daniel Elminger et Marinette Matthey, rappelle les fondements théoriques d’une didactique du plurilinguisme et aborde les aspects curriculaires. Puis, ils observent l’exemple concret du plan d’étude et des premières évaluations de Passe-partout, premier curriculum entièrement fondé sur la notion de didactique intégrée, appliqué dans plusieurs cantons suisses. Enfin, la dernière contribution, de Raphaël Berthele, Amelia Lambelet et Larissa S. Schedel, discute le potentiel, mais aussi les risques de l’implémentation d’activités plurilingues dans le curriculum scolaire, à partir d’une réflexion sur les influences interlinguistiques.

5En conclusion, les articles présentés dans ce recueil montrent la synergie existant entre les recherches sur l’acquisition des langues étrangères et les pratiques d’enseignement et d’évaluation en classe de langues. Les situations présentées et les recherches menées concernent des situations variées dans des contextes différents. Comme le souligne G. D. Véronique, « le moment semble être venu où des didacticiens de langues étrangères et de FLE s’emparent des recherches en acquisition pour construire de nouveaux chantiers d’intervention, d’enseignement et de recherche ».

Haut de page

Pour citer

Anne Aubry, Recherches sur l’acquisition et l’enseignement des langues étrangères : nouvelles perspectives
Le français à l'université , 22-03 | 2017
Mise en ligne le: 19 septembre 2017, consulté le: 21 octobre 2017

Haut de page

Auteur

Anne Aubry

Universidad Pablo de Olavide de Sevilla (Espagne)

Du même auteur

Haut de page