Le français à luniversité

Tensions en didactique des langues. Entre enjeu global et enjeux locaux

Emilia Munteanu

Référence de l'oeuvre:

Babault, Sophie, Margaret Bento et Valérie Spaëth, (2017), Tensions en didactique des langues. Entre enjeu global et enjeux locaux, Peter Lang, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 245 pages.

Texte intégral

1En ce début du XXIe siècle, où nous vivons au rythme de la mondialisation, force est de reconnaître le rôle de la didactique des langues (DDL), discipline à vocation fédératrice, mais sujette à des tensions et à des divergences qui la rendent vivante, faisant plus que jamais le funambule entre global et local, universel et particulier, standardisation et contextualisation, besoins des apprenants et exigences curriculaires, etc. Les auteurs des onze articles, chercheurs aguerris ou encore novices, venant des universités du Nord et du Sud (sociolinguistes, didacticiens des langues, linguistes), n’éludent pas ces tensions, mais y voient une richesse et un défi à relever.

2L’ouvrage, un triptyque thématique très bien construit par les éditrices, souligne la complexité de la DDL en la posant sur des assises sociologiques et historiques, en la regardant du point de vue épistémologique et arrivant dans l’espace polémologique des méthodologies et des approches.

3Dans le premier article, Michel Wievorka, signalant pertinemment « le grand écart » qui se creuse dans le champ des sciences sociales entre « penser global » et sujet, propose l’articulation de ceux-ci.

4Valérie Spaëth s’interroge sur le français langue d’enseignement et de scolarisation qu’elle envisage du point de vue d’une histoire connectée. Son regard comparatif entre le Nord et le Sud relève les défis que la diversité des contextes engendre.

5Véronique Castellotti, Marc Debono et Emmanuelle Huver réfléchissent sur la définition des notions de contexte, de contextualisation, de glocalisation et optent pour la conception diversitaire, riche de conséquences pour les enseignants et les chercheurs en didactique des langues.

6Jean-Paul Narcy-Combes s’appuie sur l’exemple de plusieurs projets pour interroger les rapports de l’universel et du particulier et, en privilégiant l’approche ascendante, plaide pour le partenariat, pour la corrélation de l’épistémologique avec l’éthique.

7L’exemple du français en milieu biplurilingue étaie la réflexion de Mohamed Miled visant les avantages et les limites des cadres internationaux de référence en vue d’une contextualisation appropriée d’un curriculum.

8Sophie Babault dévoile les mécanismes de la définition de la terminologie en révélant l’artificiel de l’universalité d’une terminologie didactique conçue en contexte occidental et accusant l’implicite de freiner la structuration du champ terminologique.

9Patrick Dahlet plaide pour la mise en place de systèmes éducatifs plurilingues afin de repenser le vivre ensemble aux frontières.

10L’exemple du ludique pratiqué dans les langues orales de l’Afrique autorise Colette Noyau, Norbert Nikièma et Rémy Yameogo à envisager le passage à la littéracie en L1 et L2 et l’éveil métalinguistique des apprenants.

11Les enquêtes menées auprès de lecteurs en langues étrangères amènent Marie Rivière à constater que la xénité culturelle n’est pas un obstacle pour la réception des livres. Elle opte pour l’approche « diversitaire » en vue d’une éducation à la pluralité.

12À partir du projet IFADEM au Bénin, Comlan Fantognon présente les bénéfices tirés par des enseignants du primaire à la suite de l’appropriation de ce dispositif de formation continue.

13Fanny Dureysseix révèle les difficultés de la mise en œuvre d’un curriculum de formation initiale dans un pays lusophone comme l’Angola.    

Haut de page

Pour citer

Emilia Munteanu, Tensions en didactique des langues. Entre enjeu global et enjeux locaux
Le français à l'université , 22-02 | 2017
Mise en ligne le: 07 juin 2017, consulté le: 20 août 2017

Haut de page

Auteur

Emilia Munteanu

Université « Vasile Alecsandri » de Bacau (Roumanie)

Haut de page