Le français à luniversité

Modes de sémiotisation et fonctions argumentatives des émotions

Efi Lamprou

Référence de l'oeuvre:

Hekmat, Ida, Raphaël Micheli et Alain Rabatel (dir.), (2013), « Modes de sémiotisation et fonctions argumentatives des émotions », Semen. Revue de sémio-linguistique des textes et discours, no 35, avril, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 200 pages.

Texte intégral

1Ce numéro thématique de Semen, coordonné par Ida Hekmat, Raphael Micheli et Alain Rabatel, porte sur les émotions et se situe dans le domaine de l’argumentation. Il tente d’explorer l’articulation entre deux axes principaux autour desquels gravitent les articles sélectionnés, les modes de sémiotisation des émotions et leurs fonctions argumentatives. Ce numéro se distingue par la grande variété des contributions qu’il propose, tant du point de vue des domaines concernés — la sémiotique, la linguistique énonciative et l’analyse du discours — que des approches méthodologiques suivies par les auteurs. Cette variété constitue, à notre sens, le grand mérite de ce volume. Dans cet ouvrage, les différents points de vue sont croisés et mis à l’épreuve. Il s’agit donc également d’une tentative de confronter les résultats d’une analyse théorique et d’une description empirique. Certaines contributions sont basées sur corpus, d’autres sont le fruit de recherches théoriques, ce qui rend l’approche choisie qui domine dans ce numéro intéressante et originale en le différenciant des autres analyses sur les émotions. Le volume comporte neuf articles. Parmi eux, sept traitent les états émotionnels et deux figurent dans varia. L’analyse et le modèle proposés par Raphael Micheli apportent un nouveau regard sur le langage émotionnel. Basé sur corpus, l’article de Claire Polo, Chistian Plantin, Kristine Lund et Gerald Niccolai met l’accent sur la présence des émotions dans l’argumentation. De manière très réussie, les auteurs tentent de montrer comment les sujets parlants de leur corpus traitent la question dans une situation de communication spécifique, le débat, et comment ils se positionnent émotionnellement. De son côté, Alain Rabatel compare les récentes modélisations des émotions. Il propose une nouvelle approche très intéressante en se fondant sur l’état émotionnel empathie en contexte écrit. Domitille Caillat traite, quant à elle, les émotions du point de vue du locuteur et cherche à démontrer leur rôle dans des séquences de discours rapportés. Ses hypothèses sur la mise en scène des états émotionnels étudiés sont bien fondées et d’un grand intérêt. L’étude empirique d’Annie Kuyumcuyan et Michel Musiol porte sur l’importance d’entretiens thérapeutiques pour les patients ayant des troubles psychiques. Les auteurs démontrent que cette méthode permet aux patients d’explorer leurs propres affects. Nicole Biagioli traite les émotions à travers le code symbolique floral et étudie leur expression linguistique. Indéniablement, la richesse de données, l’originalité des points de vue, la diversité des méthodologies choisies, mais également l’excellente articulation des articles, font que ce volume constitue une contribution importante aux études sur les émotions.

Haut de page

Pour citer

Efi Lamprou, Modes de sémiotisation et fonctions argumentatives des émotions
Le français à l'université , 20-03 | 2015
Mise en ligne le: 08 septembre 2015, consulté le: 15 septembre 2019

Haut de page

Auteur

Efi Lamprou

Université de Chypre

Haut de page