Le français à luniversité

Réflexions sur l’internationalisation du monde universitaire. Points de vue d’acteurs

Caroline Doyon

Référence de l'oeuvre:

Laforest, Mario, Gilles Breton, David Bel (dir.), (2014), Réflexions sur l’internationalisation du monde universitaire. Points de vue d’acteurs, Cahier No1 du Réseau International d’acteurs réflexifs sur la Mondialisation de l’Enseignement Supérieur (RIMES), Éditions des archives contemporaines, Paris, 133 pages.

Texte intégral

Image1

1C’est avec une approche à la fois théorique et pratique que ce premier cahier du Réseau International d’acteurs réflexifs sur la Mondialisation de l’Enseignement Supérieur (RIMES) aborde la question de l’internationalisation du monde de l’enseignement supérieur. Les différents auteurs interrogent, à partir de leur point de vue, de leur expérience et de leur formation, les phénomènes d’internationalisation, de globalisation et de mondialisation en cours dans le monde universitaire.

2Les deux premiers articles présentent les réflexions d’universitaires canadiens ayant une expérience terrain du phénomène d’internationalisation des universités. Mario Laforest expose les dérives possibles de la marchandisation de l’enseignement supérieur et déplore la « vision gestionnaire et comptable » des universités dans laquelle nombre de professeurs ne se reconnaissent plus. Pour redonner un sens aux actions internationales des universités, il prône le retour aux fondements de l’université, soit la qualité et la pertinence des formations. Gilles Breton s’intéresse surtout à la relation mondialisation-universités. Il propose quatre dynamiques de la stratégie internationale des universités : commercialisation de l’enseignement supérieur basée sur une approche marketing, « coopétition » présente dans la recherche universitaire, internationalisation surtout basée sur la mobilité étudiante, coopération internationale. Ce classement des stratégies adoptées par les universités est repris par Jean-Paul Larens, dans le quatrième article du recueil. À l’aide d’une approche webométrique, il présente pour sa part les résultats d’une analyse de contenu de la communication des services de relations internationales des universités françaises.

3Les autres articles intéresseront davantage les lecteurs qui souhaitent améliorer leur compréhension des transformations que vivent les universités asiatiques dans le contexte mondial actuel. David Bel, acteur de terrain étranger travaillant au sein d’une université chinoise, se penche sur l’histoire du concept d’université de classe mondiale, apparu en Chine depuis les années 1970. Son constat est que, malgré le contexte de massification et de compétition, le système universitaire chinois n’est pas moins élitiste ni moins hiérarchisé qu’avant. Wu Jianli et Chai Shaoming, de l’Université Normale de Chine du Sud, présentent quant à eux le phénomène de l’internationalisation de l’enseignement supérieur en Chine. Leur article expose la stratégie gouvernementale de ce pays pour améliorer la qualité de l’enseignement supérieur, en mettant l’accent sur les programmes conjoints de formation universitaire avec des partenaires étrangers. Enfin, le sixième et dernier article prend la forme d’un entretien de Pham Quôc Lôc avec Bui Tran Phuong, présidente de l’Université Hoa Sen, qui illustre l’évolution de l’enseignement supérieur au Vietnam dans le contexte d’internationalisation du monde universitaire.

4Les articles de ce recueil témoignent de particularités et de préoccupations très différentes selon les situations géographiques. Toutefois, peu importe le pays concerné, la dimension internationale devient un axe central de la gouvernance universitaire et soulève un certain nombre de questions, de réflexions sur ce que sont l’internationalisation et l’internationalité universitaires. Ainsi, malgré une diversité des points de vue tant au niveau de la forme que des contenus abordés, cet ouvrage offre de réels outils conceptuels qui seront utiles à toutes les personnes engagées dans la définition ou la mise en œuvre d’une politique d’internationalisation universitaire.

Haut de page

Pour citer

Caroline Doyon, Réflexions sur l’internationalisation du monde universitaire. Points de vue d’acteurs
Le français à l'université , 20-02 | 2015
Mise en ligne le: 29 mai 2015, consulté le: 16 janvier 2019

Haut de page