Le français à luniversité

Traduire, un art de la contrainte

Sombat Khruathong

Référence de l'oeuvre:

Zaremba, Charles et Noël Dutrait, (2010), Traduire, un art de la contrainte, Publications de l’Université de Provence, Aix-en-Provence, 295 pages.

Texte intégral

Image1

1Les 22 articles de cet ouvrage, réunis par Charles Zaremba et Noël Dutrait lors d’un colloque sur la traduction organisé par l’Université de Provence et l’Université linguistique Dobrolioubov, traitent du problème de la traduction sous un angle que reflète parfaitement le titre du recueil. Divisés selon quatre axes (questions générales, textes et réalités, questions de poésie, questions de linguistique), ces travaux de recherche et de réflexion abordent la face épineuse du domaine : l’aspect contraignant de la traduction. Cette notion se résume dans ce que Zaremba dit à propos de la langue qui, pour lui, « n’est pas seulement un outil de communication, mais aussi un acteur de la communication : on n’exprime jamais que ce que notre langue nous permet et nous contraint d’exprimer, que nous soyons conscients ou non de cette limite et de cette contrainte. »

2Si la traduction est plutôt un art qu’un processus mécanique, les exemples, même en langues étrangères comme le chinois, l’arabe ou le russe, confirment ce dont les participants au colloque se sont rendu compte : « la traduction est à la fois impossible et nécessaire » (Derrida). Bref, la reconstruction du possible dans la langue cible doit être traduisible pour que le sens, objet de la traduction, soit accessible aux lecteurs du monde entier.

Haut de page

Pour citer

Sombat Khruathong, Traduire, un art de la contrainte
Le français à l'université , 16-02 | 2011
Mise en ligne le: 31 janvier 2012, consulté le: 16 juin 2019

Haut de page

Auteur

Sombat Khruathong

Université Naresuan (Thaïlande)

Haut de page