Le français à luniversité

L’accent

Roberto Paternostro

Référence de l'oeuvre:

Garde, Paul, (2013), L’accent, 2e édition, Lambert-Lucas, Limoges, 170 pages.

Texte intégral

Image1

1Ce volume, paru pour la première fois il y a 45 ans et traduit en de nombreuses langues, est une réédition corrigée et augmentée d’un des ouvrages qui ont le plus marqué la théorie de l’accent.

2Historiquement, la phonologie fonctionnelle s’est avant tout consacrée à l’étude des phonèmes, reléguant les aspects suprasegmentaux aux marges de la science. Il n’en demeure pas moins que nombre de linguistes ont tenté de décrire et d’expliquer les règles qui président aux caractéristiques accentuelles des langues. Ils ont notamment attiré l’attention sur le rôle distinctif de l’accent, qui est à la base de la différenciation entre des langues dites à accent « fixe » et des langues dites à accent « libre ».

3Si, dans les langues à accent fixe (telles que le français), la place de ce qu’on appelle communément « accent tonique » est facilement prévisible et le rôle qu’y joue l’accentuation est essentiellement démarcatif, dans les langues à accent libre (l’italien ou le russe, par exemple), les seuls traits distinctifs empruntés aux phonèmes ne semblent pas expliquer de façon exhaustive les phénomènes accentuels, donnant l’impression d’un accent « capricieux » et arbitraire.

4C’est ce dernier point qui est au cœur du présent ouvrage. Paul Garde propose, en effet, de refonder la théorie de l’accent sur de nouvelles bases, notamment morphologiques, qui permettent de montrer, d’une part, que le rôle de l’accent est surtout « contrastif » et, d’autre part, que sa place est tout à fait prévisible, même dans des langues considérées comme à accent libre.

5À travers des exemples détaillés pour une quinzaine de langues différentes (allemand, finnois, anglais, russe, tchèque, grec ancien, italien, polonais, etc.), l’auteur montre que la position de l’accent tonique est régie par la structure interne du mot, dont les unités morphologiques possèdent des propriétés accentuelles clairement identifiables pour chaque langue.

6Après une introduction générale sur la fonction de l’accent (chapitre 1), l’auteur se penche — dans la première partie — sur la spécificité des traits accentuels (chapitre 2) et les procédés accentuels (chapitre 3). Dans la deuxième partie, l’auteur se focalise sur les variables de l’accent dans l’unité accentuelle et le mot (chapitre 4), la place de l’accent (chapitre 5), l’unité accentuable et la syllabe (chapitre 6).

7Un style d’écriture clair et essentiel ainsi qu’une méthodologie rigoureuse font de ce livre une référence sûre de la phonologie européenne.

Haut de page

Pour citer

Roberto Paternostro, L’accent
Le français à l'université , 19-04 | 2014
Mise en ligne le: 22 décembre 2014, consulté le: 18 juin 2019

Haut de page

Auteur

Roberto Paternostro

Université de Genève – ELCF (Suisse)

Du même auteur

Haut de page