Le français à luniversité

L’apprentissage en ligne du français en Afrique francophone et ailleurs

Flavia Hinmel et Philippe Mercenier

Texte intégral

1Objet
L’apprentissage en ligne du français en Afrique francophone et ailleurs est un projet mené par le Consortium Claroline, association internationale sans but lucratif (Belgique), avec le soutien de la Fondation Orange et de l’Institut Français et en partenariat avec :
- l’Université de Sfax (Tunisie),
- l’Université Virtuelle de Tunis (Tunisie),
- l’Université Mohammed Premier d’Oujda (Maroc),
- l’Institut de Pédagogie Universitaire et des Multimédias de l’Université Catholique de Louvain (Belgique),
- l’ICAP – Innovation, Conception et Accompagnement pour le Pédagogie – de l’Université Claude Bernard Lyon 1 (France),
- l’ADCUEFE, Association des Directeurs des Centres Universitaires d’Études Françaises pour Étrangers (France),

2Présentation du projet
Alors que le français est souvent la langue officielle de leur pays d’appartenance, beaucoup d’élèves du secondaire et d’étudiants des pays du Maghreb, voire d’autres pays africains, intègrent aujourd’hui encore l’enseignement supérieur avec pour seules compétences linguistiques celles de leur langue natale. Or le français est la langue principale d’enseignement dans l’enseignement supérieur, même si, au Maghreb, différentes études de terrain ont montré que l’usage de cette langue est loin d’être systématique et que les références à la langue arabe (arabe dialectal) sont fréquentes, notamment dans les filières scientifiques et techniques. Cela mène donc pour les étudiants à un certain nombre de difficultés de compréhension, d’intégration, de socialisation, de motivation et de persévérance. Cela pénalise souvent leurs résultats scolaires et, par voie de conséquence, leur potentiel d’employabilité immédiat et futur.

3Le présent projet FOFLE (Formation Ouverte en Français Langue Étrangère) vise à remédier humblement à cette situation en plaçant une première pierre à l’édifice sous forme d’une expérience-pilote. Il propose en effet à ces apprenants de suivre des sessions d’apprentissage du français, langue étrangère de leur point de vue, sous la forme d’un MOOC (Massive Online Open Course) à dimension résolument collaborative.

4Grâce à la fois à l’appui de la Fondation Orange et d’Orange Tunisie, la formation sera testée dans un premier temps en Tunisie, en partenariat avec l’Université Virtuelle de Tunis et l’Université de Sfax, avant d’être déployée à destination des autres pays francophones présentant la même problématique. Les pays où la problématique de l’apprentissage du français comme langue étrangère est plus prégnante seront naturellement privilégiés et chacun sait que l’Afrique francophone, de ce point de vue, a et aura, dans les prochaines décennies, plus de besoins que partout ailleurs.

5Le MOOC
La formation est pensée pour des apprenants se situant au niveau A2 du référentiel européen en français et souhaitant progresser vers le niveau B1 du dit référentiel. L’objectif est d’améliorer la compréhension et la production tant orales et qu’écrites des étudiants afin de leur permettre de mieux réussir leurs cours à l’université.

6Le MOOC est découpé en six séquences de formation représentant chacune six heures de travail pour l’apprenant, soit un total de 36 heures de formation réparties sur 12 semaines. Ces séquences sont basées sur des activités individuelles et collaboratives permettant de confronter l’apprenant à des situations qu’il sera amené à rencontrer lors de sa première année à l’université ou à des thèmes de culture générale dont la maîtrise lui sera utile dans ce contexte. Elles sont construites sur la base d’un schéma commun, soit un module visant à la compréhension de l’oral, un module visant à la compréhension de l’écrit, et une activité collaborative d’intégration se terminant par une évaluation.

7Les thèmes qui ont été retenus pour constituer les différentes séquences sont les suivants :
1. Internet et numérique
2. Environnement et progrès
3. Découvertes et avenir
4. Sciences et recherche
5. Arts et société
6. Médias et échanges internationaux

8La formation prévoit également un module initial ayant pour objectif la prise en main de la plateforme d’apprentissage Claroline Connect qui sera utilisée comme support à l’apprentissage.

9Durant la phase pilote, le projet visera essentiellement des étudiants de première année des universités tunisiennes, l’objectif étant de toucher un maximum de ceux-ci, en particulier à Sfax et à Tunis. Il est prévu de tester le projet sur deux cohortes d’étudiants, des étudiants primo-arrivants à l’Université et des étudiants en second semestre de première année, de façon à évaluer un éventuel impact d’une première immersion en milieu universitaire.

10L’accompagnement des apprenants
Dans le cadre d’un MOOC, notamment connectiviste, l’accompagnement des apprenants est assuré par la communauté elle-même en comptant sur l’hétérogénéité du niveau des apprenants et le potentiel qui en résulte en terme d’accompagnement par les pairs.

11Dans le cas présent, toutefois, du fait de l’objet du MOOC, nous proposons un accompagnement plus ciblé avec des tuteurs francophones qui puissent aider à évoluer dans l’apprentissage de la langue française et à surmonter les erreurs plus communes. Il a donc été prévu de mettre en place un dispositif d’accompagnement fondé sur deux niveaux de tuteurs : des tuteurs de terrain encadrés par des tuteurs référents.

12Les tuteurs de terrain
La mission des tuteurs de terrain est l’accompagnement des apprenants au quotidien, notamment à travers les forums d’échanges. Ils jouent aussi un rôle dans l’évaluation des productions des apprenants. Pour soutenir leurs actions d’interaction avec les apprenants, ils peuvent compter sur l’appui des tuteurs référents.

13Vu la nature du projet, il est apparu évident que les tuteurs de terrain devaient idéalement être des francophones ne parlant pas la langue maternelle des apprenants. Le choix s’est donc porté sur des étudiants de Master2 en FLE (Français Langue Étrangère) issus de diverses universités françaises, voire belges.

14Ne disposant pas nécessairement d’une expérience de tutorat en ligne, ces tuteurs sont formés au fil du MOOC à travers une formation dédiée en ligne, sous encadrement des tuteurs référents. Dès lors, au terme de leur mission, les tuteurs de terrain pourront se voir octroyer un certificat mentionnant leurs acquis en tant que tuteurs de formation FLE en ligne.

Image1

15Les tuteurs référents
Les tuteurs référents sont des enseignants, pour la plupart issus des universités tunisiennes participant au projet, ayant une bonne connaissance de l’université tunisienne ainsi qu’une expérience de l’usage des TICE et du tutorat en ligne, idéalement dans le cadre de formations en FLE ou en FOS (Français sur Objectifs Spécifiques).

16Leur mission consiste principalement dans l’accompagnement des tuteurs de terrain et la supervision du déroulement du MOOC. Ils peuvent également, s’ils le souhaitent, intervenir comme tuteurs de terrain.

17Les tuteurs de terrain bénéficient d’une formation ciblée préalable en vue de parfaire leurs connaissances et leur savoir-faire en matière de tutorat. Au terme de leur intervention, un certificat attestant des connaissances et compétences acquises pourra leur être octroyé.

18La plateforme Claroline Connect
C’est sur le LMS (Learning Management System) de nouvelle génération « Claroline Connect » que le MOOC est mis à disposition des étudiants.

19Claroline Connect est une plateforme open source d’apprentissage collaboratif par internet qui permet :
- à des apprenants d’accéder à des ressources de formation partagées et de personnaliser son environnement et son parcours d’apprentissage, tout en étant accompagné à la fois par ses pairs et/ou par une équipe pédagogique dédiée (il s’agira ici, et volontairement, de pédagogues – tuteurs – locaux) ;
- et à des formateurs de mettre en place des dispositifs pédagogiques adaptés à leurs contextes (appui au présentiel, cours à distance, MOOC, …) et de déployer des contenus variés (textes, images, vidéos, exercices, serious games, …) en vue de favoriser l’apprentissage. 

20Claroline Connect est fondée sur des principes pédagogiques forts plaçant l’apprenant au cœur de son apprentissage. C’est un outil centré sur l’utilisateur, orienté partage des ressources, ouvert sur le web, et dont le caractère générique permet l’utilisation dans des contextes variés. Sa force principale réside dans les principes de base qui ont conduit à son élaboration à savoir : simplicité d’utilisation, souplesse de mise en œuvre et robustesse. Par ses caractéristiques, Claroline Connect est un catalyseur puissant du renouveau pédagogique dans les institutions. La vision qui sous-tend le projet Claroline Connect est celle d’un monde qui apprend, ou chacun apprend en collaborant, en partageant, en construisant ses connaissances au contact des autres et par les autres.

21Le projet Claroline Connect est porté par une association internationale sans but lucratif, le Consortium Claroline, qui rassemble des universités et autres organisations qui veulent collaborer au développement de la plateforme.

22En complément à la plateforme Claroline Connect, nous avons mis en place une communauté MOOC FOFLE sur Google+ (le réseau social de Google), ceci afin de permettre à l’ensemble des participants à la formation d’échanger réactions, idées, questions, invitations à discuter, etc., de manière plus souple et moins formelle, mais aussi hors cadre ou contexte, qu’à travers les forums ou autres outils de collaboration de la plateforme.

23Par ailleurs, c’est le service de webconférences de Google (Hangout) qui a été choisi et interfacé pour la réalisation de mini-classes virtuelles au sein des modules de formation.

24Conclusion
Le présent projet expérimental entend favoriser la réussite universitaire d’étudiants handicapés par la non maîtrise de la langue de l’enseignement, dans ce cas le français. Il propose à cette fin une approche originale fondée sur la mise à disposition d’un MOOC en association avec un modèle d’accompagnement plus ciblé sur les besoins des participants à partir du recrutement des étudiants du master FLE souhaitant se former au tutorat pour MOOC.

25Pour en savoir plus
http://fofle.claroline-connect.net et http://www.claroline.net

Haut de page

Pour citer

Flavia Hinmel et Philippe Mercenier, L’apprentissage en ligne du français en Afrique francophone et ailleurs
Le français à l'université , 19-04 | 2014
Mise en ligne le: 11 décembre 2014, consulté le: 18 janvier 2019

Haut de page

Auteurs

Flavia Hinmel

Ingénieure pédagogique, Consortium Claroline

Philippe Mercenier

Secrétaire général, Consortium Claroline

Haut de page