Le français à luniversité

Acadie 72. Naissance de la modernité acadienne

Anika Falkert

Référence de l'oeuvre:

Lonergan, David, (2013), Acadie 72. Naissance de la modernité acadienne, Prise de parole, Sudbury, 153 pages.

Texte intégral

Image1

1En décembre 1972, les Éditions d’Acadie lancent la publication de Cri de terre de Raymond Guy LeBlanc. Cette œuvre est considérée aujourd’hui comme fondatrice et le recueil de référence de la nouvelle littérature acadienne. Pourquoi cette parution est-elle souvent identifiée à l’émergence de la modernité en Acadie ? Dans quelle mesure l’année 1972 constitue-t-elle un moment-clé dans l’histoire de la production artistique acadienne ? C’est à ces questions que cherche à répondre l’auteur de cet ouvrage organisé en cinq parties.

2Selon David Lonergan, journaliste, professeur et auteur, la fondation des Éditions de l’Acadie et la publication de Cri de terre constituent l’aboutissement d’une suite d’événements, de transformations, qui ont commencé en 1968. Marquée par les manifestations étudiantes dont témoigne le film L’Acadie, l’Acadie de Michel Brault et Pierre Perrault, l’année 1968 constitue en effet le début d’une période de transition pour la société acadienne, soucieuse de sortir d’une identité confirmée dans le folklore et la tradition. Conscients de la nécessité de réinventer la création artistique acadienne et de rompre avec une approche passéiste, les artistes acadiens relèvent le défi de rassembler un peuple caractérisé par la « dispersion ». David Lonergan nous rappelle les débuts difficiles de cette entreprise qui repose sur l’initiative de quelques artistes engagés, dont Claude Roussel, Roméo Savoie et Georges Goguen, considérés comme les pionniers de l’art visuel acadien. Parallèlement, poètes et romanciers se mobilisent pour participer à ce mouvement. Dans un chapitre consacré à Antonine Maillet, l’auteur retrace le parcours de celle qui est devenue malgré elle la porte-parole de la littérature acadienne. En valorisant le parler acadien comme instrument littéraire tant au théâtre que dans le roman, les œuvres de Maillet marquent un tournant dans la production littéraire acadienne. À la même époque, le théâtre amateur se transforme pour donner une voix au peuple acadien. Les répertoires français et étrangers sont abandonnés au profit de créations collectives et de textes d’auteurs canadiens. Parmi ceux qui ont joué un rôle important dans le développement du milieu culturel acadien, on citera également Herménégilde Chiasson, artiste pluridisciplinaire, ainsi que les chansonniers Calixte Duguay, Isabelle Roy, Édith Butler et Angèle Arseneault qui poursuivent, à travers la chanson, cette réflexion sur l’identité acadienne.

3Cependant, ce passage à la modernité ne se fait pas sans susciter des critiques. Ainsi, les poèmes de Ronald Després et les films de Léonard Forest provoquent des polémiques au sein même du milieu intellectuel acadien.

4On comprend alors que la « naissance de la modernité acadienne » est le résultat d’une suite de bouleversements qui ont traversé les différents domaines artistiques (littérature, arts visuels, chanson et cinéma). La fondation des Éditions d’Acadie, en 1972, qui permettent, pour la première fois, aux auteurs acadiens de publier leurs œuvres en Acadie autrement qu’à compte d’auteur, n’est que la conséquence logique de cette démarche qui a pour but de donner une visibilité à cette terre désormais résolument tournée vers le futur. Avec la parution du recueil Cri de terre, dont plusieurs poèmes avaient été publiés dans la revue québécoise Liberté en 1969, le cercle se referme. Symbole d’une poésie engagée, l’œuvre de Raymond Guy LeBlanc reprend les thèmes qui font débat pendant cette période de transition entre 1968 et 1972, notamment l’aliénation linguistique, sociale et politique dans une Acadie en quête d’une identité commune.

Haut de page

Pour citer

Anika Falkert, Acadie 72. Naissance de la modernité acadienne
Le français à l'université , 19-02 | 2014
Mise en ligne le: 16 mai 2014, consulté le: 25 mai 2019

Haut de page

Auteur

Anika Falkert

Université d’Avignon (France)

Du même auteur

Haut de page