Le français à luniversité

Les conséquences du plurilinguisme à la faculté de génie de l’Université Libanaise : réflexions pour la préparation d’un programme adapté de cours de français

Wajiha Smaili

Texte intégral

1À la faculté de génie de l’Université Libanaise (institution supérieure de formation d’ingénieurs), la langue utilisée pour transmettre le cours est choisie par l’enseignant. Étant donné que la grande majorité des enseignants est francophone, la majorité des cours est donnée en français : cette situation pose un problème pour les étudiants d’éducation scolaire anglophone, qui doivent suivre plusieurs de leurs cours en français.

2Afin de préparer un programme et un contenu de cours de français sur objectifs universitaires (Mangiante et Parpette, 2011) répondant aux besoins langagiers prioritaires des étudiants, nous avons mené une enquête auprès de ceux-ci pour cerner les difficultés rencontrées et les stratégies utilisées pour suivre leur formation en français. Nous avons ensuite analysé des discours pédagogiques auxquels sont confrontés ces étudiants dans le suivi de leur formation universitaire.

3Technique et résultats de l’enquête
Nous avons adopté l’entretien semi-dirigé comme technique d’enquête qualitative, avec un échantillon représentant 30 % des étudiants. Individuellement et ensuite en groupe de six, les étudiants interrogés se sont exprimés autour d’un ensemble de thèmes constituant notre guide d’entretien :

  1. Les difficultés rencontrées lors des cours de spécialité en français
    Les étudiants affirment que les cours suivis avec les étudiants francophones leur demandent beaucoup de concentration. Ils n’arrivent pas à discerner les parties clefs de l’explication des professeurs. Ils se sentent très tendus durant les séances de cours. Pendant les examens, il leur arrive de confondre énoncé du problème et questions.

  2. Les stratégies utilisées pour suivre les cours, étudier et passer les examens
    Les étudiants disent ne pas prendre de notes; ils photocopient les notes des camarades pour étudier. Ils ont recours à la traduction des mots difficiles à comprendre dans le polycopié du cours. Ils utilisent Google Translate pour lire les cours. Avant leurs examens, ils travaillent en groupes (surtout avec des francophones) pour réviser. Ainsi, ils posent des questions à leurs camarades sur les expressions et termes non compris.

  3. Les besoins langagiers en français
    Les étudiants disent avoir besoin du français uniquement pour suivre les formations spécialisées données en français. Ils ont surtout besoin de comprendre, et rarement de produire en français. Les discours à comprendre sont :
    — Les cours oraux (magistraux et d’autres variantes);
    — Les polycopiés préparés par les enseignants (compléments des cours donnés en classe);
    — Les sujets des examens.

4Collecte et analyse des discours universitaires
Notre corpus d’analyse était constitué de séances des cours oraux, des polycopiés de cours écrits et des sujets d’examen. Nous avons fait les constats suivants :

5Dans les cours oraux, on remarque un recours continuel à l’alternance codique (arabe, français). Cette alternance paraît jouer un rôle facilitateur de la compréhension du cours. En analysant les actes de parole et le discours émis en français et en arabe, on fait les constats suivants :
— Le contenu du cours et les termes techniques sont en français;
— Les actes relatifs à l’animation de la classe, les explicitations, les reformulations, les questions pédagogiques, les mots de transition sont en libanais.

6Dans le tableau ci-dessous, un extrait d’un cours magistral de Microprocesseur où l’enseignant explique un principe aux étudiants à l’aide d’une illustration. Dans la colonne de gauche, les transcriptions du discours de l’enseignant, dans celle de droite, la nature de l’acte de parole correspondant à chaque énoncé produit.

1. فإذاً imprimante ؟ ال .اذا بدنا نشوف العمل تبع شو لازم نشوف?

Annonce la démonstration.

2. Il faut voir les caractères à imprimer. Un ordre d’impression... Le signal. Ici on a le Strob, et ici on a le cœur et

Démontre, décrit, énumère.

3. اذا بطبيعة الحال, تتقدر تعمل هااشي...

Annonce un principe.

4. Il faut respecter un certain protocole.

Donne / annonce le principe.

5. …هل protocoleبيشتغل كالتالي.. à un moment donné

Annonce le processus.

6. فاذا N متل ما شايفين ال Le signal Strob فاذا

À un moment donné

imprimante فاذا وقت ما بترد ال

Signale un élément du processus.

7. Il faut donner un Strob

Présente cet élément.

8. هيد ا Strob هو اللي رح يسمح Caractères

و هو بالتالي رح يرجع يقول ل

Imprimante

Présente le rôle de cet élément

7Ainsi, nous pourrons voir que les informations centrales du discours sont transmises en français, alors que les éléments secondaires (signaler, annoncer, rappeler, reformuler) sont transmis en langue maternelle.

8À la différence des cours magistraux donnés dans les universités françaises (analysés par Parpette et Royis, 2000; Bouchard et al., 2005) et qui sont considérés comme particulièrement difficiles à comprendre par un récepteur allophone, cette forme alternée du discours rend la réception par des étudiants, qui ont des difficultés linguistiques en français, beaucoup plus facile. Il semble que l’enseignant emploie l’alternance codique pour rendre son message accessible.

9Dans les polycopiés, le discours est construit selon des matrices discursives bien déterminées avec des formes linguistiques récurrentes. Parmi les plus courantes, on peut citer :
— La démonstration
— La définition
— La description/caractérisation
— La description/présentation d’un processus, etc.

10Par ailleurs, la lecture et la compréhension des sujets d’examen restent pour l’étudiant la préoccupation principale. Les étudiants préparent leurs examens en lisant les consignes et sujets modèles d’examen des polycopiés de cours. Certains ont recours à leurs camarades francophones, et tous traduisent en anglais les mots incompris.

11En analysant au niveau formel et structurel le corpus des sujets d’examen que nous avons collecté, nous trouvons deux types de sujets : dans le premier, l’enseignant présente l’énoncé d’un problème suivi par un nombre de questions. D’autres sujets sont composés uniquement de questions ou de consignes. Au niveau linguistique, nous avons constaté que certains verbes de consignes se répètent dans plusieurs épreuves d’un même cours.

12Pistes pour l’élaboration didactique
Afin de préparer les étudiants à comprendre les cours oraux, il nous semble important d’introduire des enregistrements authentiques de cours de spécialité. Ces supports issus du terrain caractérisé par l’alternance codique facilitent l’accès au contenu des informations scientifiques du cours. Des exercices portant sur les mots clefs des extraits énoncés en français permettent à l’étudiant de développer des stratégies de compréhension du cours. Il faut également activer la capacité d’anticiper et de formuler des hypothèses de sens.

13L’écrit noté par l’enseignant au tableau peut servir aussi à la compréhension du discours oral. Beaucoup d’enseignants se servent du tableau, soit en utilisant une illustration, soit en dessinant une représentation graphique ou en notant les formules d’un problème expliqué. Concevoir des activités invitant l’étudiant à lier ce qui est écrit au tableau et le discours oral qui l’accompagne permet à l’étudiant d’apprendre à développer des stratégies d’écoute en se servant du contexte d’énonciation.

14En se servant des polycopiés des cours, on peut concevoir des activités de sensibilisation aux structures discursives de la démonstration ou de la description d’un processus. Le repérage des étapes et des marqueurs linguistiques peut faire l’objet d’activités de français bien ciblées. À partir des définitions des notions techniques, très courantes dans les polycopiés, on peut préparer des exercices d’appariement : mot → définition, des activités autour du vocabulaire récurrent utilisé dans les définitions. On peut également inviter les étudiants à faire des inventaires des mots techniques et de leurs équivalents en anglais, etc.

15Avec des sujets d’examen, des exercices de sensibilisation sur les indices formels (présentation de l’énoncé sous la forme d’un paragraphe, tirets et numéros pour les questions) et linguistiques (verbes au milieu de la phrase ou en début de phrase) permettent aux étudiants d’éviter la confusion entre énoncé du problème et questions. Un inventaire des verbes les plus courants dans les sujets d’examen peut être mené et des activités peuvent être préparées sur le sens de ces verbes. Des exercices de systématisation du type lacunaire, invitant l’étudiant à placer le verbe convenable dans une consigne, sont utiles surtout si les consignes sont celles de leurs examens.

16Une autre manière de favoriser la compréhension des consignes est de proposer des activités d’appariement entre consignes d’examen et corrigés. Les documents supports à utiliser sont à chercher dans les annales des sessions d’examen passées.

Haut de page

BIBLIOGRAPHIE

Bouchard, R., C. Parpette, et J.-C. Pochard, (2005), « Le cours magistral et son double, le polycopié : relations et problématique de réception en L2 », in Cahiers du français contemporain, n° 10, ENS-Edition, Lyon, p. 191-207.

Bouchard, R. et C. Parpette, (2010), « Écrits "projetés", oralisation et mise en scène pédagogique dans les cours magistraux scientifiques », Université Lyon 2, Laboratoire ICAR, Lyon, 13 pages, [en ligne] http://labarquetheatre.free.fr/litteracies/textes_VO/a_Bouchard(R)Parpette(C)_FR.html (consulté le 2 décembre 2013).

Mangiante, J.M. et C. Parpette, (2011), Le français sur objectif universitaire, PUG, Grenoble, 252 pages.

Parpette, C. et P. Royis, (2000), « Le discours pédagogique, caractéristiques discursives et stratégies d’enseignement », in Mélanges du CRAPEL, n° 25, Université de Nancy 2, Nancy, p. 169-183.

Haut de page

Pour citer

Wajiha Smaili, Les conséquences du plurilinguisme à la faculté de génie de l’Université Libanaise : réflexions pour la préparation d’un programme adapté de cours de français
Le français à l'université , 19-01 | 2014
Mise en ligne le: 20 mars 2014, consulté le: 19 janvier 2019

Haut de page

Auteur

Wajiha Smaili

Université Libanaise

Du même auteur

Haut de page