Le français à luniversité

Évaluation et enseignement : pour quels objectifs? Par quels moyens?

Mina Sadiqui

Référence de l'oeuvre:

De Ketele, Jean-Marie, (2013), « Évaluation et enseignement : pour quels objectifs? Par quels moyens? », Revue française de linguistique appliquée, vol. XVIII-1, juin, Paris, 123 pages.

Texte intégral

1L’objectif de l’ouvrage est de faire le point sur la question de l’évaluation en didactique des langues. Les différents articles s’inspirent d’un certain nombre de mouvements actuels qui ont impacté le champ de l’éducation.

2Ainsi, le premier article de J. M. De Ketel jette un regard critique sur une modalité d’évaluation qui a une incidence sur les décisions des autorités éducatives et politiques : les épreuves externes ayant comme objet les langues d’apprentissage. Il interroge tous les paramètres qu’elles mettent en jeu, aussi bien visibles que cachés. Il finit par proposer, pour des évaluations plus efficaces, de concevoir des dispositifs où les épreuves nationales complèteraient celles internationales.

3J. Tardief et B. Dubois interrogent de leur côté la notion d’évaluation dans l’approche par compétences, et plus précisément en relation avec la compétence transversale, très présente récemment dans la plupart des référentiels de formation. L’article souligne la difficulté d’opérationnaliser et donc d’évaluer une telle compétence et plaide plutôt pour les « postures professionnelles ».

4Les contributions de S. Georges et De Ketel sont plutôt des propositions concrètes pour une meilleure évaluation des compétences spécifiques relatives aux acquis langagiers des apprenants. Le premier, en effet, préconise la mise en place d’une démarche scientifique qui conférerait à l’évaluation de la compétence orale validité, fidélité et équité. De Ketel, lui, s’attarde, dans ce nouvel article, sur l’explicitation des deux fonctions de dispositif évaluatif de la compétence scripturale tout en valorisant l’évaluation formative, qu’il juge peu pratiquée, et qui permettrait pourtant la mise en œuvre de dispositifs d’action aidant à améliorer sensiblement les apprentissages.

5La valorisation de l’évaluation formative est aussi l’objet des articles de F. M Gerard et de Jouquan et al. Si le premier explicite, dans sa contribution, les enjeux et les différentes formes que ce type d’évaluation peut prendre — sans oublier les diverses postures professionnelles qu’elles devraient induire —, l’autre article, dans une perspective comparatiste, met en relief l’analogie entre le raisonnement médical dans le monde de la santé et l’évaluation formative dans celui relatif à l’éducation.

6Enfin, Anne Jorro propose une approche de la professionnalisation des enseignants dans le domaine de l’évaluation. Elle plaide pour la mise en place d’une nouvelle culture de l’évaluation, inscrite dans et par l’action pour développer la compétence évaluative des enseignants. La démarche constitue, selon l’auteure, un enjeu capital dans leur développement professionnel.

Haut de page

Pour citer

Mina Sadiqui, Évaluation et enseignement : pour quels objectifs? Par quels moyens?
Le français à l'université , 18-04 | 2013
Mise en ligne le: 19 décembre 2013, consulté le: 19 mars 2019

Haut de page