Le français à luniversité

La place des langues à l’université et dans la recherche

Stéphane Grivelet

Texte intégral

1Dans la première moitié de l’année 2013, le monde de l’enseignement supérieur et de la recherche en France a été secoué par des débats sur une nouvelle loi dont plusieurs articles concernaient la place des langues étrangères (et principalement de l’anglais) dans les établissements d’enseignement supérieur. Ces débats eurent un retentissement bien au-delà de la France, car c’est l’ensemble de la francophonie universitaire qui s’est sentie concernée par cette question de la place du français dans les universités et les grandes écoles françaises.

2Pour permettre de confronter les points de vue sur la place des langues, et notamment celle du français, et les enjeux du plurilinguisme dans l’enseignement supérieur et la recherche, un appel à contributions a été lancé auprès des lecteurs du Français à l’université. Nous avons reçu un nombre important de propositions, et les articles sélectionnés seront publiés dans les deux prochains numéros du bulletin.

3Dans ce premier numéro, la rubrique « Sous la loupe » rassemble trois articles, venant de Suisse, du Québec et du Viêt Nam, qui apportent des points de vue sur la question du plurilinguisme et de la place du français dans l’enseignement supérieur au niveau international ou régional.

4Publié d’abord dans le journal suisse Le Temps, qui a aimablement permis sa reproduction dans ce numéro, l’article de François Grin a été écrit au moment du débat sur la loi française sur l’enseignement supérieur. Posant la problématique du plurilinguisme à l’université, il décrit les risques de l’hégémonie linguistique dans l’enseignement supérieur et la recherche.

5Sylvie Vandaele s’appuie sur son expérience de professeure à l’Université de Montréal pour poser la question de la place du français dans la recherche et les publications scientifiques. Spécialiste de traduction, elle s’interroge sur les conséquences que pourrait avoir un monolinguisme généralisé, utilisant une langue étrangère, pour l’enseignement et la recherche.

6Trin Van Minh apporte pour sa part un témoignage sur les filières universitaires francophones d’Asie du Sud-Est. La situation est ici inverse des précédentes puisque le français est utilisé comme langue étrangère dans des formations bilingues au Cambodge, au Laos ou encore au Viêt Nam. Se fondant sur une vingtaine d’années d’existence de ces filières, Trin Van Minh décrit l’apport de ces formations pour les universités et les étudiants.

7Enfin, la rubrique « Ressources » est elle aussi sous le signe du plurilinguisme, avec la présentation d’un portail bilingue de préparation à une mobilité vers des pays francophones, destiné à aider des étudiants brésiliens.

8Dans le prochain numéro seront rassemblés plusieurs autres articles qui décrivent la situation du plurilinguisme et de la place du français dans des universités de plusieurs régions du monde. Ces études de cas compléteront, par des exemples précis, les réflexions plus générales qui sont présentées dans le présent bulletin.

Haut de page

Pour citer

Stéphane Grivelet, La place des langues à l’université et dans la recherche
Le français à l'université , 18-04 | 2013
Mise en ligne le: 20 décembre 2013, consulté le: 19 mars 2019

Haut de page

Auteur

Stéphane Grivelet

Du même auteur

Haut de page