Le français à luniversité

Enjeux. Revue de formation continuée et de didactique du français no 84

Carine Zanchi

Référence de l'oeuvre:

(2012), Enjeux. Revue de formation continuée et de didactique du français, été, no 84, Presses universitaires de Namur, Belgique, 152 pages.

Texte intégral

Image1

1Ce numéro 84 de la revue Enjeux aborde dans sa quasi-intégralité la problématique de l’enseignement/apprentissage (E/A) de la grammaire en français langue première dans différents pays francophones.

2Le premier article s’attache à démontrer à l’aide d’exemples concrets les différences, les lacunes voire les incohérences terminologiques dans les terminologies grammaticales officielles des systèmes scolaires francophones. Les deux auteurs S. Chartrand et J.-F. de Pietro rappellent les finalités de l’enseignement grammatical dans l’acquisition de la langue première et proposent des critères pour une terminologie grammaticale commune. L’objectif est triple : renforcer la cohérence des enseignements avec des progressions définies, remotiver les élèves et les enseignants dans leur E/A de la grammaire et, enfin, viser une meilleure appropriation de la terminologie grammaticale par les élèves.

3Dans le deuxième article, J.-L. Dumortier et M. Dipsy s’intéressent à l’enseignement de l’anaphore, qui fait défaut en fédération Wallonie-Bruxelles, à son fonctionnement et à son rôle dans la cohérence textuelle et dans la cohérence discursive. De nombreux exemples de relevé anaphorique sont donnés pour illustrer l’importance de l’anaphore comme outil linguistique en situation d’énonciation. Or, il est rappelé que les enseignants doivent s’accorder sur la signification du terme pour proposer une démarche didactique effective en classe pour une meilleure appropriation de ce concept en communication orale et écrite.

4Dans le troisième article, N. Trehel s’intéresse au complément d’objet à partir d’une étude diachronique faite à partir de plusieurs grammaires. En effet, l’intérêt porté aux compléments de verbe, à ses différentes formes et à ses différents sens s’explique par sa complexité. L’auteur s’inspire de la sémantique de la phrase de Tesnière chez qui le verbe occupe une place centrale et qui distingue les compléments en actants et circonstants. Dans son plaidoyer pour une grammaire ouverte et pour un enseignement grammatical simplifié de la complémentation du verbe, Trehel propose l’introduction du critère sémantique pour distinguer les compléments actanciels des compléments circonstanciels.

5Dans l’avant-dernier article, H. Briet, clôture de fait la partie grammaticale de ce numéro, en s’intéressant à l’accord de l’adjectif et à son E/A qui selon lui doit être synchronisé avec l’E/A d’autres notions grammaticales relatives à l’adjectif. En raison de la complexité des savoirs théoriques à acquérir et des confusions possibles avec d’autres formes grammaticales, en particulier la grammaire des accords, l’auteur suggère que cet apprentissage soit graduel et se fasse en fonction des acquis des élèves.

6Enfin, le dernier article de N. Gillain se différencie des précédents par la thématique abordée, concernant l’introduction du Manifeste du surréalisme de Breton dans une classe de français du secondaire en Belgique. Pour l’auteure, la représentation du mouvement surréaliste se résume trop souvent à l’identification de concepts-clés. Dans une perspective didactique, cet article propose des pistes de travail aux enseignants en proposant une lecture articulée du genre manifestaire et ses stratégies discursives. Cette lecture permet a fortiorid’introduire le dispositif de Correspondance à l’origine du surréalisme en Belgique et qui malgré sa critique du genre manifestaire a de nombreux points communs avec le Manifeste de Breton.

Haut de page

Pour citer

Carine Zanchi, Enjeux. Revue de formation continuée et de didactique du français no 84
Le français à l'université , 18-02 | 2013
Mise en ligne le: 26 juin 2013, consulté le: 25 mars 2019

Haut de page

Auteur

Carine Zanchi

Université Lyon 2 (France)

Du même auteur

Haut de page