Le français à luniversité

Les romans populaires

Pierre-Olivier Brodeur

Référence de l'oeuvre:

Compère, Daniel, (2011), Les romans populaires, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 139 pages.

Texte intégral

Image1

1L’ouvrage que nous offre Daniel Compère se présente comme une introduction au roman populaire, que l’auteur considère moins comme un genre littéraire que comme un « domaine de la littérature au sens large du terme » (p. 11). Né au XIXe siècle à la suite de l’apparition de nouvelles formes de publications (notamment les feuilletons dans les quotidiens) et de l’élargissement du lectorat, le roman populaire reste sous-représenté dans la critique, qui le considère généralement comme extérieur à la grande littérature (à tel point que Compère fait de cette marginalité du roman populaire un de ses traits définitoires). C’est donc de la volonté de réintégrer ce domaine dans le champ des études littéraires que naît Les romans populaires.

2Après avoir défini le domaine du roman populaire, Daniel Compère nous en trace un historique centré principalement sur les phénomènes de publication (œuvres et collections marquantes, développement de nouveaux supports éditoriaux, etc.) qui marquent son histoire du XIXe siècle jusqu’aux années 1950. Les prochains chapitres relèvent quant à eux d’un essai de poétique du roman populaire, en définissant ses caractéristiques à travers les siècles (chapitre 3) et en proposant une classification en différents genres, dont les principaux sont l’aventure, l’amour, l’énigme et le fantastique (chapitre 4). Le dernier chapitre est une rapide étude du rôle des différents promoteurs (éditeurs, libraires, bibliothèques) et instances de légitimation (critiques, milieux académiques) dans la diffusion et la reconnaissance du roman populaire.

3L’auteur réussit à montrer combien le domaine du roman populaire est vaste et riche. Le travail de recherche bibliographique particulièrement soigné permet aux lecteurs de découvrir des centaines de titres aujourd’hui oubliés dont Compère montre, rapidement mais avec conviction, l’indéniable importance. Si son ouvrage aurait pu bénéficier d’une réflexion théorique plus poussée (notamment sur la question du genre) et n’est pas exempt de certains oublis (l’absence d’un écrivain de l’influence de H.P. Lovecraft étonne), on le lui pardonnera aisément en regard de l’admirable travail de synthèse que représente cette introduction au roman populaire.  

Haut de page

Pour citer

Pierre-Olivier Brodeur, Les romans populaires
Le français à l'université , 17-04 | 2012
Mise en ligne le: 22 novembre 2012, consulté le: 18 mars 2019

Haut de page

Auteur

Pierre-Olivier Brodeur

Université de Montréal (Québec)

Haut de page