Le français à luniversité

Interactions et interculturalité : variété des corpus et des approches

Elsa Chachkine

Référence de l'oeuvre:

Auger, Nathalie, Christine Béal et Françoise Demougin (dir.), (2012), Interactions et interculturalité : variété des corpus et des approches, Transversales. Langues, sociétés, cultures et apprentissages, vol. 31, Peter Lang, Bern, Berlin, Bruxelles, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 398 pages.

Texte intégral

Image1

1Cet ouvrage, qui fait suite au colloque international « Les enjeux de la communication interculturelle » en 2007 à l’IUFM de Montpellier, interroge la problématique des interactions en situations interculturelles. Il comporte une préface, une introduction pour chacune des deux parties de l’ouvrage et 15 articles répartis entre les deux grandes parties, dont 13 sont écrits en français et deux en anglais. Ce choix de langues et les très nombreuses langues-cultures dont il est question marquent le sceau de l’éditeur Peter Lang, éditeur scientifique international, chez qui l’ouvrage est publié. Plus précisément, l’ouvrage s’insère dans la collection Transversales, plateforme de débats sur le plurilinguisme et la pluriculturalité.

2La première partie, « Approche comparative des fonctionnements discursifs », est précédée d’une « présentation » d’une quinzaine de pages éclairantes sur la question de l’interculturel du point de vue du fonctionnement de la communication. Cette approche, issue de la linguistique et de l’ethnométhodologie, traite de comparaisons entre les conventions culturelles (cross-cultural en anglais).

3Le français, dans cette approche comparative, est présenté comme pôle de repère. Il est comparé à des langues et cultures d’Europe, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Australie. Les situations de communication sont elles aussi variées : elles concernent la classe, la transaction commerciale, le désaccord dans les conversations ou encore les forums de discussion et le courriel.

4Les auteurs de cette partie mettent en évidence des règles communicationnelles et rapportent ces règles à des comportements culturels par la description de faits de langue qui permettent de « remonter » vers les valeurs qu’ils incarnent. Les articles sont un échantillonnage d’études dans le domaine de l’approche comparative des comportements interactionnels : elles s’étendent de l’exploration des formes nominales d’adresse dans différentes langues cultures (Kerbrat-Orrechioni) aux tendances du système d’adresse en français et en italien dans des situations publiques (Havu), aux formules d’ouverture dans les courriels personnels en français et japonais (Claudel) ou encore, traitent de la métalangue sémantique naturelle, peu connue en France, outil descriptif qui permet d’expliciter des valeurs culturelles et des normes communicatives (Peeters).

5La deuxième partie problématise la relation à l’altérité dans des situations où les langues sont au cœur des enjeux (situations d’enseignement-apprentissage des langues majoritairement). Comme pour la première partie, le discours est analysé et il permet de mettre en lumière les difficultés interlinguistiques et interculturelles.

6Les auteurs de cette partie ouvrent des propositions didactiques pour faire évoluer les compétences sociopragmatiques des apprenants, en s’appuyant sur la notion de scripts par exemple, ce qui permet de connaître certaines procédures ou manières d’être selon les contextes (Dewaele), ou encore en mettant en place des repères avec les apprenants pour qu’ils puissent interpréter les discours parlés (qui varient en fonction des marques sociologiques de la situation) grâce à une réflexion méta-langagière consciente sur les implicites linguistiques, les jeux énonciatifs de l’ironie, etc. (Weber). Les résultats d’analyses contrastives (Hascouët et Devilla, etc.) pourront aussi donner lieu à de nouvelles propositions didactiques.

7L’intérêt scientifique de la plupart des études retenues, intelligemment introduites par les textes de présentation, fait de cet ouvrage une très bonne référence sur la problématique des interactions en situations interculturelles. Comme le français est le pivot de la comparaison dans chacune des études, cet ouvrage ne manquera pas d’intéresser les didacticiens de français langue étrangère, qu’ils soient chercheurs ou praticiens car, loin d’être une simple version papier d’actes de colloques, le travail éditorial des trois éditrices a pour résultat d’offrir un ouvrage scientifique très agréable à la lecture.

Haut de page

Pour citer

Elsa Chachkine, Interactions et interculturalité : variété des corpus et des approches
Le français à l'université , 17-04 | 2012
Mise en ligne le: 12 février 2013, consulté le: 20 août 2017

Haut de page

Auteur

Elsa Chachkine

Université Paris-Est Créteil (France)

Haut de page