Le français à luniversité

Théories de la diversité culturelle et de la mondialisation

Nathalie Narvaez

Référence de l'oeuvre:

Hatem, Jad, (coord.), (2011), Théories de la diversité culturelle et de la mondialisation. Annales de sociologie et d’anthropologie, vol. 21-22, Université Saint-Joseph, Beyrouth (Liban), 2011, 381 pages.

Texte intégral

Image1

1Cet ouvrage, publié à la suite du colloque tenu à Beyrouth en mai 2010, organisé par le Réseau Diversité des expressions culturelles et artistiques, et mondialisations de l’Agence Universitaire de la Francophonie et l’Université Saint Joseph, recense 24 articles qui ont pour objet de contribuer à la réflexion sur les phénomènes de la mondialisation ainsi que de tenter de trouver une définition adéquate de la diversité culturelle.

2Patrick Vauday, coordinateur du réseau, établit dans sa présentation les questions traitées dans le volume : les différentes acceptions de la diversité ; les diverses modalités de la mondialisation ; les liens, écarts et tensions entre la culture et l’expression linguistique ; les nouvelles guises de la création artistique. De nos jours, les nouvelles technologies de la communication nous permettent d’être en contact en temps réel avec des personnes éloignées géographiquement ; elles nous permettent non seulement de communiquer, mais aussi de commercer, d’échanger, de travailler et de nous amuser... Ces multiples relations transfrontalières sont à la base de transformations des communautés qui y participent par l’entremise des acteurs impliqués. Ajoutons à cela la mobilité des personnes autant à l’intérieur d’un territoire donné qu’à l’extérieur, traduite par une implantation pérenne ou temporaire. Il serait illusoire de penser que ces contacts culturels sont égalitaires, qu’aucune hiérarchie ne fausse la donne et que la diversité produit partout les mêmes effets. Nous le démontrent des articles comme celui de Pierre Verjans (« Diversité culturelle, affrontements communautaires et compromis politiques à l’épreuve de la mondialisation. Tentative d’explication du blocage belge de 2007 à 2010 », p. 45-60), celui de Camille Roger Abolou (« Les marchés linguistiques des expressions culturelles et artistiques en Afrique noire : théorisations, applications et implications », p. 73-92) ou celui de Claude Daregent (« Immigration et émergence d’une culture musulmane en France », p. 311-338).

3Ces annales amorcent la réflexion sur la diversité culturelle et la mondialisation sur trois niveaux : l’économie de la diversité (reproduction et gestion), la performativité et l’éthique. Au premier, il en ressort une typologie imagologique selon la vision de la diversité culturelle adoptée : un ensemble d’aires séparées où chaque culture est représentée comme un isolat ; soit une mosaïque avec ces intrications et bricolages linguistiques et culturels, soit un palimpseste dont on noterait les inscriptions, superpositions qui coexistent. Quand au deuxième niveau, les deux éléments clés à noter sont l’instance qui énonce la diversité et comment est faite cette énonciation (parle-t-on de mixité, créolisation, hybridation, conflits, négociations ?). Au niveau éthique, ce sont les valeurs de la diversité qui préoccupent ; promeuvent-elles l’émancipation ou la discrimination ? Autant de questionnements auxquels ces articles ici recueillis tentent d’offrir une amorce de réponse, ainsi que d’en prolonger la recherche.

Haut de page

Pour citer

Nathalie Narvaez, Théories de la diversité culturelle et de la mondialisation
Le français à l'université , 17-03 | 2012
Mise en ligne le: 10 août 2012, consulté le: 18 janvier 2019

Haut de page

Auteur

Nathalie Narvaez

Université de Bretagne occidentale (France)

Haut de page