Le français à luniversité

Vous avez dit francophonie ? Les cahiers de l'Orient

Amina Meziani

Référence de l'oeuvre:

Montenay, Yves (coord.), (2011), Vous avez dit francophonie ? Les Cahiers de l’Orient, no 103, Société d’édition de revues, Paris, 159 pages.

Texte intégral

Image1

1Traitant de la thématique de la francophonie, ce numéro interroge dans une première partie les rapports entre le monde arabe et la langue française, et consacre sa deuxième partie aux actes du colloque international intitulé « Francophonie, fédéralisme et institutions » qui s’est tenu à Montreux en 2010.

2Sont analysées dans les premières contributions du numéro les situations nationales des pays du Maghreb par rapport à la présence de la langue française. La description du volet historique se trouve complétée par une mise au point de la situation actuelle qui voit d’une part le français s’enraciner et l’anglais pointer, et assiste de l’autre part à un glissement du culturel à l’utilitaire dans l’usage de la langue française.  

3Sous l’angle sociolinguistique et géopolitique, la situation au Maroc est décrite comme étant la plus transparente par rapport au reste du Maghreb. Cette « marocanisation » du pays au lendemain de l’indépendance a fait du français une langue acclimatée et une deuxième langue adoptée, d’où le passage d’une représentation dévalorisante du français dans la période du protectorat considéré comme vecteur de valeurs antinationales à une langue de prestige et d’ascension sociale. Dans le milieu professionnel, les résultats des enquêtes menées montrent que le français représente un facteur de réussite et une façon de s’ouvrir sur l’Occident, bien qu’il puisse céder sa place à un anglais puissant et envahissant. Ceci confirme un rapport « opportuniste » et utilitaire au français, d’où une possible concurrence avec l’anglais, ce qui ébauche le profil linguistique de la nouvelle génération trilingue (arabophone de naissance et francophone et anglophone par nécessité).

4Combinant une vision diachronique analytique et un regard sur la réalité sociolinguistique actuelle, les auteurs traitant de la place du français en Algérie redessinent une toile aux couleurs changeantes rappelant une histoire tumultueuse où le français a été enraciné comme langue de domination et d’effacement de l’Autre, et un rapport conflictuel avec une langue que les Algériens n’arrivent pas à accepter, sans pour autant pouvoir abandonner.

5De par ses particularités historique, géographique, politique, etc., la Tunisie possède une situation linguistique moins complexe que celle de l’Algérie. La présence massive du français en Tunisie, dans tous les secteurs, indépendamment de sa place dans le cadre éducatif, milite en faveur d’un statut tenant compte de ces données malgré le souhait de le maintenir en tant que langue étrangère pour des raisons principalement idéologiques.

6Quant au Machrek, nous lisons dans les contributions que la francophonie en Égypte demeure minoritaire et réservée à des classes sociales spécifiques. Le français y possède un profil culturel contrairement à celui de l’anglais, qui est plutôt utilitaire et opérationnel. La lecture de la situation linguistique au Liban révèle un attachement sentimental mais aussi institutionnel à la francophonie, malgré une forte implantation de l’anglais. Ce dernier laisse très peu de place au français dans les autres pays arabes.

7La première partie de ce numéro se clôt sur une relecture des places qu’occupent le français, l’arabe et l’anglais dans le monde arabe et sur une revue de l’action française pour la promotion de la francophonie qui se trouve freinée par des contraintes budgétaires, mais aussi politiques.

8Regroupant treize contributions, la deuxième partie de ce numéro présente la problématique de la francophonie sous différents angles en dressant un profil des francophonies suisse, belge et africaine, entre autres. Sont mis en exergue particulièrement : le rôle du fédéralisme, de la démocratie et des institutions dans la reconfiguration des langues minoritaires en Suisse ; l’apport des écrivains de la France et de la francophonie dans l’universalisation du français et dans l’expression de la liberté et de la démocratie ; le plurilinguisme dans l’administration suisse et canadienne ; le défi auquel la francophonie est confrontée pour s’épanouir ; le fossé croissant entre les populations cambodgiennes de par le mépris des langues locales et la force attribuée au français ; la dynamique des langues au sein de la communauté est-africaine et leur cohabitation au Burundi ; la situation linguistico-politique paradoxale qui caractérise l’Algérie ; le cheminement qu’a pris la minorité linguistique francophone en Flandre (Belgique) ; l’aventure francophone et la dimension communautariste du nationalisme québécois.

9Les auteurs de ce numéro nous offrent ainsi un panorama des francophonies qui sont tantôt secouées, tantôt assumées, ce qui invite à repenser les politiques des États pour favoriser une reviviscence des francophonies, celles qui transcendent les appartenances identitaires en maintenant la diversité.

Haut de page

Pour citer

Amina Meziani, Vous avez dit francophonie ? Les cahiers de l'Orient
Le français à l'université , 17-03 | 2012
Mise en ligne le: 09 août 2012, consulté le: 19 mars 2019

Haut de page

Auteur

Amina Meziani

Université de Batna (Algérie)

Du même auteur

Haut de page