Le français à luniversité

Le français et l'innovation pédagogique

Mirande Khalaf

Texte intégral

1Dans ce numéro 2 de juin 2012 « Sous la loupe » du bulletin en ligne, trois articles de chercheurs jordaniens, libanais et palestiniens, abordent les problématiques relevant du projet Appui au Français.

2Ainsi, Rana Kandeel, Chef de département des langues modernes à l'Université du Yarmouk, nous fait partager sa réflexion sur « la mise en place de dispositifs hybrides dans l’apprentissage du français dans des contextes universitaires arabophones ». Sa présentation rejoint les actions entreprises dans la région pour le renforcement des compétences des formateurs de français et en français par l'utilisation des Techniques d'Information et de Communication pour l'Enseignement (TICE). Le lancement prochainement d'un Master en Traduction hybride combinant l'enseignement à distance et en présentiel, suite à une réunion spécialisée régionale des chefs de départements universitaires de français (DUF), confirme cette démarche ainsi que l'appui au dispositif de professionnalisation en FLE (PROFLE) et au projet pour améliorer sa mise en œuvre contextualisée au Liban et en Egypte.

3Wassim El-Khatib, professeur à la Faculté des Lettres et des Sciences humaines de l'Université Libanaise, nous rend compte dans son article d’un travail de recherche réalisé dans le cadre d’une thèse en sciences de l’éducation en 2009, portant sur les réformes curriculaires selon la logique des compétences, dans le contexte libanais. Il traite des enjeux, des difficultés et des implications de l'introduction de l'enseignement du français par compétences dans le contexte libanais. Sa recherche est en rapport étroit avec les actions de formations et de recherche qui viennent en appui à la réforme des programmes dédiée à la professionnalisation des formations de français, à l'appui au collège doctoral français du Moyen-Orient et au projet Initiative francophone pour la formation à distance des maîtres (IFADEM) qui s'inscrit dans le cadre du Pacte linguistique.

4Enfin, Maha Atmeh, Chef du département de français à l'Université An-Najah à Naplouse, a présenté, en mars 2012 à Beyrouth dans le cadre de la réunion régionale annuelle des chefs des DUF, sa réflexion sur l'intérêt de développer une filière FOS (Français sur objectifs spécifiques) en complément du programme FLE (Français langue étrangère) dans son université. Elle a, par ailleurs, énoncé des constats, donné des perspectives et formulé des recommandations. En effet, l'intérêt de l'apprentissage du FOS, sa démarche et l'analyse des besoins et l’utilisation de la langue française en contexte professionnel se trouvent au coeur des actions de l'AUF au Moyen-Orient tel que l'organisation du Forum régional du français professionnel avec l'Institut français du Liban (IFL), la Chambre de commerce internationale de Paris (CCIP) et l'Ecole supérieure des Affaires (ESA), le soutien à un micro-projet dans une université au Liban, et le projet FOSMO du Collège doctoral de français du Moyen-Orient (CODFRAMO).

Haut de page

Pour citer

Mirande Khalaf, Le français et l'innovation pédagogique
Le français à l'université , 17-02 | 2012
Mise en ligne le: 12 juillet 2012, consulté le: 21 janvier 2019

Haut de page